Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

En Afrique de l’Est, le bilinguisme favorise l'intégration



Une salle de classe au Kénya.

Une salle de classe au Kénya.

(Keystone)

Les habitants de la Communauté Est Africaine (EAC) sont nombreux à vouloir parler le français et l'anglais, deux langues dont ils ont besoin pour leur travail. Ce bilinguisme est aussi instauré dans les écoles mais les enseignants qualifiés et les livres manquent. Témoignages en Tanzanie et au Burundi.

«Venez nous aider pour que nous aussi sachions le français», sollicite, en swahili, un agent tanzanien de la douane à la frontière rwando-tanzanienne, en s’adressant à des jeunes gens venus contempler les chutes de la Kagera, la grande rivière qui sépare le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie.

Étant toujours en contact avec des voyageurs francophones, il ne peut pas se passer du français. Tout comme William Shitobelo Lubeja, un officier de l’immigration à Kabanga, à la frontière avec le Burundi, qui en a besoin pour ses activités quotidiennes et souhaite pouvoir aider ceux qui ne parlent pas anglais.

En Tanzanie, depuis 2008, quand la Communauté Est Africaine est devenue effective, le français a été mis au programme dès l'école primaire. Selon Deboka Kancungure, une enseignante, «il faut commencer par les tout petits et y aller progressivement». Les élèves s'intéressent d'ailleurs à cette langue, à la grande fierté de leurs parents, car, au terme de leurs études, ils pourront aller demander du travail là où ils voudront. C’est pourquoi, dans certaines écoles secondaires, les parents se cotisent pour payer les professeurs de français.

L'anglais indispensable pour le travail

«Je suis le seul professeur de français dans cet établissement qui compte 16 classes, et j’ai 36 cours de 40 minutes chacun par semaine. C’est fatigant!», reconnaît Déogratias Maniriho, payé 100 dollars par mois, un salaire décidé par le conseil des parents d’élèves. Les villes sont privilégiées; en campagne, seules de rares écoles enseignent le français. Car les enseignants qualifiés manquent, de même que les livres. Ici, l'enseignement se limite parfois à quelques mots usuels.

Certains se débrouillent seuls, comme Pascal Mwalienga qui a appris le français sur le tas. «Je voyais des gens venir ici en Tanzanie, ne connaissant ni l’anglais, ni le swahili. L’idée m’est venue d’entrer en contact avec les francophones burundais. Actuellement, je traduis les deux langues et si je le fais pour une personne bienveillante, je gagne quelques sous», affirme-t-il en souriant.

Au Burundi voisin, l’anglais est enseigné à partir de la première année primaire. Mais comme en Tanzanie, le manque de matériel didactique et d’enseignants qualifiés pour le primaire se fait sentir.

Au secondaire, les écoles sont mieux équipées et les élèves apprennent correctement cette langue, même si les occasions de la pratiquer sont rares. Aujourd'hui, les élèves ne sont pas les seuls à apprendre l'anglais, car beaucoup de gens sont convaincus que savoir les deux langues est indispensable à l’intégration à la Communauté Est Africaine.

Une obligation pour de nombreuses professions

Les commerçants, c'est pour faciliter leurs affaires. «Moi, quand je vais en Ouganda, je dois payer un interprète pour communiquer avec mon fournisseur», précise Rita Habonimana, une commerçante qui s’efforce d'apprendre l’anglais commercial pour diminuer les dépenses.

Les taximen et les motards qui transportent des voyageurs et des touristes ont intérêt à connaître les deux langues pour faciliter leur travail. Et puis, «quand il y a appel d’offres, les organisations non gouvernementales posent comme condition, de connaître l’anglais ou le français ou alors les deux à la fois», informe un chauffeur.

Quant aux militaires et aux policiers, ils n’ont pas le choix car ils sont toujours en contact avec les voyageurs, tant francophones qu’anglophones. «Pas moyen de faire autrement, affirme un officier de la police burundaise. Nous, nous sommes obligés de connaître l’anglais et le français, intéressés ou pas».

Les gens qui veulent apprendre suivent des cours du soir dans les centres de formation comme l’Y.E.E. (Youth English Education) à Ngozi qui enseigne l'anglais et aussi le swahili, une langue comprise dans tous les pays de la Communauté Est Africaine.

Communauté Est Africaine

Cinq Etats:
- Le Burundi
- Le Rwanda
- La Tanzanie
- Le Kenya
- L’Ouganda
Le Burundi et le Rwanda sont membres de l’OIF, l’Organisation internationale de la Francophonie.

Surface (y compris l'eau): 1,82 millions de kilomètres carrés
Siège: Arusha, Tanzanie
Population: 126.2 millions (2008)

Fin de l'infobox

La Francophonie

Pères fondateurs. C’est le 20 mars 1970, il y a 40 ans, qu’a été signée à Niamey, par 21 pays, la Charte créant l'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT). L’initiative revient au président sénégalais Léopold Sédar Senghor, à ses homologues tunisien Habib Bourguiba et nigérien Hamani Diori, ainsi qu’au Prince Norodom Sihanouk du Cambodge.

Chiffres. Aujourd’hui forte d’une population de plus de 870 millions d’habitants et de 200 millions de locuteurs de français dans le monde, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) regroupe 70 États et (56 membres et 14 observateurs), soit plus du tiers des membres des Nations Unies.

Montreux. La Suisse, membre de l'OIF depuis 1989, accueille cette année le 13e sommet de la Francophonie. Il se tiendra du 20 au 24 octobre 2010 à Montreux, dans le canton de Vaud.

Fin de l'infobox

InfoSud-Syfia / swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×