Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Et c'est parti!

(Keystone)

L'Euro 08 a débuté sur la défaite de la Suisse face aux Tchèques. Mais la fête a été belle pour les Portugais vainqueurs de la Turquie. Les fan zones ont fait le plein aux quatre coins du pays malgré le temps maussade.

Déception tangible chez les supporters suisses samedi soir après la défaite 0-1 de l'équipe nationale contre la République Tchèque dans le match d'ouverture de la compétition, comptant pour le groupe A.

La formation de Köbi Kuhn se retrouve donc déjà le dos au mur dans la course à la qualification pour les quarts de finale, a lors qu'elle rêve de marquer de son empreinte cet Euro dont elle est co-organisatrice, a dominé en vain la République Tchèque, finaliste de l'Euro 96 et demi-finaliste de la précédente édition. «La Suisse tombe de haut», note l'agence France Presse.

«La Suisse n'a pas mérité ça!» s'exclame «Le Matin dimanche», qui rapporte que «les 40'000 spectateurs du stade St-Jacques de Bâle sont resté comme hébétés» et qu'«un silence de plomb s'est abattu d'un coup». Pour la «SonntagsZeitung», la punition a été brutale.

«Euro foutu», lance de son côté le «Blick» pour évoquer le «drame de Frei», l'attaquant vedette de la Nati blessé à la 43e minute (il en a pour six semaines au moins). Mais le journal de boulevard lance aussi ce titre vainqueur: «Maintenant on va se battre!», allusion au véritable quitte ou double que la Suisse livrera mercredi devant la Turquie.

Une Suisse condamnée à battre les Turc pour préserver ses chances de qualification. Sans Frei et avec un Streller dont la confiance semble bien entamée, la tâche apparaît ardue. Il faut donc «garder la tête haute» lance «Sonntag». A noter que lors de la deuxième journée du groupe A, mercredi, le Portugal affrontera la République Tchèque.

Les Tchèques, eux, peuvent souffler, mais des commentateurs relèvent que leur victoire n'a pas la saveur du match rêvé. Dépeinte comme une formation dangereuse, la République tchèque ne l'a que trop rarement montré sur le terrain. Leurs supporteurs étaient plus discrets samedi à Bâle, leurs couleurs (ouge et blanc) confondues avec celles des Suisses.

Pas d'incident majeur

Sinon, aucun incident majeur n'est venu gâcher le début de cette grande fête européenne de football. A Genève, des dizaines de milliers de supporteurs portugais (une importante communauté de Suisse) ont laissé éclater leur joie à grand renfort de klaxons après la victoire de leur équipe face à la Turquie.

A Genève, ils étaient aussi massés sur la plaine de Plainpalais, la plus grande «fan zone» de Suisse, où ils ont fêté tout leur saoul. Des cortèges de voitures ont engorgé les rues alentours. Des bouchons ont également été signalés à Fribourg et à Lausanne. A Zurich, la police a même du fermer en fin de soirée la Langstrasse complètement obstruée par les voitures.

Sur le plan de l'organisation, les responsables ne masquent pas leur satisfaction. De Bâle à Genève en passant par Berne, les organisateurs et les autorités locales et fédérales relèvent le bon déroulement de ce premier week-end de l'EURO.

Dans l'ensemble, tout s'est très bien passé, a dit dimanche devant la presse Benedikt Weibel, le délégué Euro du Conseil fédéral. Selon les informations communiquées par les différentes polices cantonales, aucun incident majeur ne s'est produit.

Certes de nombreuses personnes ivres ont été recensées, dont plusieurs ont cuvé dans les cellules de dégrisement ad hoc. Et, alcool aidant, de nombreuses bagarres ont éclaté, dont certainement la plus importante à Vaduz, mettant aux prises une vingtaine d'individus qui s'en sont également pris aux forces de l'ordre.

Tension en Autriche

Par contre les choses ont tourné au vinaigre dans la ville autrichienne de Klagenfurt. Sept supporters allemands ont été arrêtés à la suite d'incidents avec des Polonais à la veille du match qui opposera leurs équipes ce soir sous haute surveillance. Ces premiers incidents du tournoi ont opposé une centaine de supporters, passablement éméchés, dans la zone de visionnage du centre-ville. Après des jets de gobelets, la police est rapidement intervenue pour séparer les deux camps.

De même, l'ambiance pourrait être tendue à Vienne, où le pays hôte rencontre la Croatie à 18 heures, soit deux équipes aux supporteurs parfois incontrôlables.

swissinfo, Isabelle Eichenberger et les agences

Groupe A

Suisse-République tchèque 0-1
But: 71e Vaclav Sverkos

Portugal-Turquie 2-0
Buts: 61e Pepe, 93e Raul Meireles

Classement:
1. Portugal, 3 points
2. Tchéquie, 3
3. Suisse, 0
4. Turquie, 0

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×