Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Etat de guerre au Proche-Orient: l'ONU et la Suisse appellent au calme

La Suisse demande à Israël de modérer l'usage de la force à Ramallah et Gaza.

(Keystone)

L'escalade des affrontements entre Israéliens et Palestiniens jeudi en Cisjordanie et à Gaza a immédiatement suscité une multiplication des appels au calme à travers le monde. La Suisse a reporté la Conférence sur le nouvel emblème Croix-Rouge.

Face à la détérioration dramatique de la situation au Proche-Orient, la Suisse ne pouvait que prendre acte. Son premier geste, symbolique, a été le report au début 2001 de la Conférence diplomatique sur l'adoption d'un nouvel emblème pour le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, prévue les 25 et 26 octobre à Genève. Cette conférence doit permettre de trouver une solution pour intégrer l'emblème de la Croix-Rouge israélienne.

«Les conditions permettant d'obtenir un consensus sur la question ne sont pas réunies», a d'abord communiqué jeudi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Un peu plus tard, suite au déchaînement de haine sur le terrain, Berne a exprimé son inquiétude face à «l'escalade» de la violence.

Le DFAE s'est dit «extrêmement préoccupé» par les attaques israéliennes contre les zones autonomes palestiniennes. La Suisse appelle le gouvernement israélien à renoncer à «un usage disproportionné de la force», a indiqué une porte-parole du DFAE. Berne demande également aux dirigeants palestiniens et israéliens de «tout entreprendre pour empêcher les violences contre les populations civiles en Israël comme dans les territoires palestiniens et de punir les responsables de ces violences».

C'est que l'escalade de la violence a pris un tour dramatique. Une foule de Palestiniens a lynché trois soldats israéliens à Ramallah, provoquant des raids aériens punitifs sur cette ville de Cisjordanie et sur Gaza.

Le Premier ministre israélien Ehud Barak a qualifié ces lynchages «d'évènement très grave», ajoutant qu'Israël saurait quoi faire. La riposte n'a pas tardé. Des hélicoptères israéliens ont tiré et touché avec des roquettes plusieurs cibles, dont le siège local de l'Autorité palestinienne. Dix-sept Palestiniens ont été blessés dans ces attaques. Elles se sont produites pendant que le président palestinien Yasser Arafat rencontrait dans ses bureaux à Gaza le directeur des services de renseignements américains (CIA), George Tenet.

Le président américain Bill Clinton a fait part de sa «profonde inquiétude devant les risques d'escalade de la situation» après un entretien téléphonique avec M. Arafat. Il n'avait pu encore joindre M. Barak. Présent dans la région, où il cherche depuis lundi à calmer les tensions, le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan a «exhorté» Israéliens et Palestiniens à «choisir la retenue».

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×