Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Euro 08 s'ouvre sur une défaite de la Suisse

Philippe Senderos en pleine action contre le tchèque Jan Koller.

(Reuters)

L'Euro 2008 s'est ouvert samedi soir au Parc Saint-Jacques à Bâle par une victoire 1-0 de la Tchéquie sur la Suisse. Grosse contrariété supplémentaire: le capitaine Alex Frei est sorti sur blessure à la 43ème minute.

Une première mi-temps tendue, avec une Suisse très offensive, et plusieurs occasions manquées. Et une image terrible: à la 43ème minute, Alex Frei, le capitaine de l'équipe, blessé au genou, qui quitte le stade, en larmes. Départ définitif de l'Euro? Mystère.

Alex Frei qui, à la veille de ce début d'Euro, se décrivait «plein de joie et d'attente»... «Il est temps que l'équipe nationale de Suisse soit lâchée. Nous allons montrer au monde entier que nous sommes en forme», déclarait-il.

L'équipe de suisse en forme, la 2e mi-temps a permis de le démontrer, avec Hakan Yakin qui remplace Alex Frei. Même punch, même énergie, et plusieurs belles actions qui se heurtent toujours à une défense tchèque efficace.

Difficile 2e mi-temps

Ludovic Magnin, qui a pris le brassard de capitaine, écope d'un carton jaune à la 58e. Et malgré un vrai sens de l'offensive de la part de la 'Nati', elle qui lance la plupart des actions, c'est la Tchéquie qui ouvrira le score à la 70e, sur un but de Vaclav Sverkos, entré à la 56e minute.

Suite à ce 1er but, l'équipe de Suisse se restructure : l'attaquant Vonlanthen remplace le défenseur Stephan Lichtsteiner... mais reçoit un carton jaune à peine être entré sur la pelouse (75e). Eren Derdiyok remplacera quant à lui Valon Behrami à la 82e.

Un coup franc en faveur des Suisses à la 91ème minute ne permettra pas de changer la donne...

L'analyse de Bertine Barberis

«Les Suisses ont bien joué, même très bien joué puisqu'ils se sont créé cinq occasions très nettes de marquer. La différence s'est faite au niveau de l'efficacité car les Tchèques, eux, n'ont eu besoin que d'une seule véritable chance de but pour marquer. Dans un championnat d'Europe aussi relevé, c'est cela qui fait la différence», analyse l'ancien international et entraîneur Umberto 'Bertine' Barberis

Consultant pour swissinfo durant tout l'Euro, ce dernier estime qu'«en évoluant en première mi-temps avec deux attaquants, la Suisse a en quelque sorte laissé le milieu de terrain aux Tchèques. La blessure d'Alexander Frei et l'entrée en jeu d'Hakan Yakin ont quelque peu changé la donne».

Reprezentace

Finaliste malheureux de l'édition 1996 des Championnats d'Europe en Angleterre (défaite 2-1 contre l'Allemagne en prolongation), la Tchéquie ne s'était pas qualifiée pour l'édition 2000 et a été éliminée en demi-finale il y a quatre ans par les Grecs.

Dans son parcours de qualification pour l'Euro, la Reprezentace n'a encaissé que cinq buts en douze matches.

Les prochains rendez-vous de l'équipe de Suisse: elle rencontrera la Turquie mercredi 11 juin et le Portugal dimanche 15 juin.

Cérémonie d'ouverture

Avant le match, la cérémonie d'ouverture de l'Euro 2008 à Bâle a duré treize minutes. Conçue et mise en scène par le Français Martin Arnaud, elle a rassemblé sur la pelouse du stade, vingt exactement 976 figurants de 13 nationalités et âgés de 14 à 70 ans. La plupart d'entre eux étaient des gymnastes, un sport traditionnel en Suisse.

Tout au long de la cérémonie, les figurants ont porté et manipulé au-dessus de leur tête cinq tonnes de cubes, dont le dessin a été inspiré par le pixel art, permettant pas moins de 450 combinaisons de couleurs et de motifs.

On a ainsi pu reconnaître le Lac de Constance, trait d'union entre l'Autriche et la Suisse, les montagnes austro-suisses. Puis des valses viennoises se sont électrifiées progressivement, et le tic-tac de l'horlogerie helvétique s'est déployé, avec une gigantesque horloge humaine égrenant le temps sur la pelouse...

Le final a vu défiler les drapeaux des nations présentes à la phase finale de l'Euro, et surtout, les gymnastes ont conclu par une représentation gigantesque... du logo de l'UEFA, bien sûr.

DEVELOPPEMENT SUIVRA

swissinfo

Le match

Parc St-Jacques. 39 730 spectateurs.

Arbitre: Roberto Rosetti (Italie)

But: 70e Sverkos 0-1

Suisse: Benaglio; Lichtsteiner (75e Vonlanthen), Müller, Senderos, Magnin; Behrami (83e Derdiyok), Fernandes, Inler, Barnetta; Frei (46e Yakin), Streller.

République tchèque: Cech; Grygera, Ujfalusi, Rozehnal, Jankulovski; Sionko (83e Vicek), Jarolim (87e Kovac), Galasek, Polak, Plasil; Koller (57e Sverkos).

Avertissements: 59e Magnin. 76e Vonlanthen. 93e Barnetta.

Fin de l'infobox

Pas (trop) de drapeaux... mais du rouge et du blanc

Depuis près de trois ans, des drapeaux rouges à croix blanche sont offerts à chaque spectateur qui vient suivre l'équipe de Suisse. Mais ce samedi, à l'occasion du match d'ouverture de l'Euro, pas d'image de milliers de drapeaux suisses flottants au vent.

Les drapeaux normalement disposés sur tous les sièges du stade sont offerts par un ou des sponsor(s) de l'équipe nationale et portent bien évidemment leur(s) logo(s). Problème, ceux-ci ne sont pas les mêmes que les sponsors de l'UEFA donc... pas de drapeaux pour tout le monde.

Reste que la très grande majorité des 42.500 heureux ayant obtenu un 'sésame' pour assister à la rencontre étaient vêtus de rouge et de blanc puisque les couleurs fétiches des deux équipes sont identiques.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×