Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Euro 2012: la victoire de l’espoir pour la Suisse

Barnetta, Lichtsteiner et Stocker célèbrent le 1-0. Une scène de joie que l'on attendait depuis longtemps au sein de l'équipe de Suisse.

(Keystone)

Battue lors de ses deux premiers matches qualificatifs, l'équipe de Suisse de football a préservé ses chances de participer à l'Euro 2012 en venant à bout du Pays de Galles 4-1 mardi soir à Bâle. Le Monténégro a pour sa part décroché le nul (0-0) en Angleterre.

Choc des losers, match de la peur, rencontre de la dernière chance. Les gazettes suisses n’ont cessé de le répéter depuis samedi: si loin de l’Eurofoot 2012, qui se déroulera pour la première fois en Ukraine et en Pologne, l’équipe de Suisse de football se trouvait déjà le dos au mur avant son troisième match de qualification du groupe G face au Pays de Galles.

Vaincue par l’Angleterre à Bâle (1-3) puis revenue bredouille du Monténégro (1-0), elle n’avait plus le choix: vaincre ou renoncer définitivement à se qualifier une quatrième fois d’affilée pour une phase finale de compétition majeure.

Sous forte pression pour son 26e match à la tête de l’équipe nationale, Ottmar Hitzfeld a refusé d’apporter des modifications fondamentales à son dispositif. Sur la pelouse bâloise, un 4-4-2 classique, avec Alex Frei et Marco Streller, les deux attaquants du FC Bâle, à la pointe de l’attaque.

7 minutes et puis s'en va

Le coach allemand a toutefois procédé à trois changements qui auront un impact sur le cours du jeu dès le début de la rencontre. Blessé à une cuisse et indisponible face au Monténégro, Diego Benaglio a fait son retour dans les buts de la sélection helvétique. Un retour très bref, puisque le portier de Wolfsburg a dû céder sa place dès la… 7e minute de jeu à Marco Wölfli.

Et une minute plus tard, Tranquillo Barnetta, préféré à Xherdan Shaqiri au poste de milieu droit, a mis la Suisse sur les bons rails. Suite à un long dégagement de Marco Wölfli dévié de la tête par Marco Streller, son tir puissant était repoussé par le portier gallois Robert Wayne Hennessey. Mais les têtes successives de Marco Streller puis de Valentin Stocker permettaient à la Suisse de mener 1-0.

Le but du déclic, voire de la délivrance, pensait-on déjà à ce moment de la partie. Car au fil des défaites et au vu de la difficulté à trouver le chemin des filets adverses (5 buts lors des 12 derniers matches, soit un ratio de 0,41 buts marqués par match), le staff et les joueurs helvétiques n’avaient cessé de rappeler l’importance de marquer rapidement afin de se libérer dans la création du jeu.

Streller marque enfin

L’avantage initial a toutefois été de très courte durée, puisqu’à la 13e minute, la Suisse se faisait surprendre suite à un ballon perdu au milieu de terrain par Gökhan Inler. Trop statique et jouant mal le hors-jeu – ce ne sera pas la seule fois du match – la défense centrale helvétique n’a pu que regarder Gareth Bale s’en aller battre en toute tranquillité Marco Wölfli.

Heureusement pour la sélection nationale, le doute n’a pas eu le temps de s’installer très longtemps dans les travées du Stade Saint-Jacques. A la 21e, Marco Streller, habitué tout comme Valentin Stocker à jouer sur cette pelouse avec son club du FC Bâle, redonnait l’avantage à l’équipe de Suisse. Bien servi dans la profondeur par Gökhan Inler, le longiligne attaquant trompait le gardien gallois d’une curieuse reprise de l’extérieur du mollet gauche.

Mais peu importe la beauté du geste, cette réussite était plus que bienvenue: cela faisait en effet 389 jours que la «Nati» n’avait plus marqué via l’un des ses attaquants - Eren Derdiyok - , 368 jours qu’elle n’avait plus inscrit deux buts lors d’un même match - victoire 3-0 contre le Luxembourg - et même trois ans que Marco Streller n’avait plus trouvé le chemin des filets sous le maillot national.

Stocker double la mise

Si elle a montré des velléités et un certain réalisme offensifs, l’équipe de Suisse a parfois pêché dans son secteur défensif, offrant plusieurs occasions aux Gallois d’inquiéter Marco Wölfli. Classé 84e au classement FIFA, défait tout comme la Suisse lors de ses deux premiers matches qualificatifs et privé de dix ( !) de ses cadres, le Pays de Galles était venu à Bâle pour redorer son blason. Et même si elle n’a finalement pas réussi à jouer un mauvais tour à l’équipe hôte, la sélection galloise, notamment grâce à Church et Bale, a inquiété à plus d’une reprise l’arrière-garde suisse.

En deuxième mi-temps, les occasions les plus nettes ont néanmoins été à mettre au crédit de l’équipe de Suisse. Sur un centre instantané de Frei (52e), Valentin Stocker a eu le 3-1 au bout du front. Dix minutes plus tard, c’est Marco Streller qui aurait pu assommer les Gallois, mais son extérieur du pied gauche (encore !) filait à côté du poteau droit d’Hennessey.

Ce ne sera que partie remise. Sur un penalty généreusement accordé à Tranquillo Barnetta, Gökhan Inler (81e) a définitivement pu mettre son équipe à l’abri. Avant que Valentin Stocker, sur une impulsion de Gökhan Inler, n’inscrive son deuxième but (90e) pour conclure une soirée placée sous le signe du rachat.

Place à la Bulgarie

Ce succès doit permettre de relancer quelque peu les actions suisses avant la suite de cette phase qualificative qui se déroulera au printemps 2011. Avec trois points récoltés en trois matches, l’équipe de Suisse est toutefois encore bien loin d’une qualification pour l’Euro 2012. On le constate aisément en jetant un coup d'oeil sur le classement de ce groupe G.

Mardi soir, le Monténégro, qui n'a pas fini de surprendre pour la première campagne européenne de sa jeune histoire, est en effet allé décrocher un point en Angleterre. Ce match nul lui permet de prendre les commandes du groupe avec dix points, contre sept à l'Angleterre, qui a toutefois un match en moins au compteur.

La Suisse et la Bulgarie occupent la troisième place et n'auront plus le droit à la moindre erreur si elles veulent prétendre à la deuxième place, synonyme de barrage. Le prochain rendez-vous, agendé le 23 mars à Sofia, sera donc une nouvelle fois décisif pour la troupe d'Ottmar Hitzfeld. Malheur au vaincu, qui pourra tirer un trait définitif sur le voyage en Ukraine et en Pologne.

Euro 2012, groupe G

Suisse - Pays de Galles 4-1 (2-1)

8'Stocker 1-0, 13'Bale 1-1, 21'Streller2-1, 82'Inler(P) 3-1, 89'Stocker 4-1.

Suisse: Benaglio (8'Woelfli); Lichtsteiner, Von Bergen, Grichting, Ziegler; Barnetta, Inler, P.Schwegler (90'Fernandes), Stocker; Streller, Frei (79'Derdiyok).

Pays de Galles: Hennessey; Blake (54'Ribeiro), Williams, Collins, Collins; Crofts; Edwards (77'Morison), Vaughan, King, Bale; Church.

Arbitre: Hamer/LUX

Bâle: 26'000 spectateurs


Angleterre - Monténégro (0-0)


Classement (12.10)
1. Monténégro 4/10
2. Angleterre 3/7
3. Suisse 3/3
4. Bulgarie 3/3
5. Pays de Galles 3/0


Fin de l'infobox

La suite du programme

26.03.2011 Bulgarie - Suisse

4.06.2011 Angleterre – Suisse

6.09.2011 Suisse – Bulgarie

7.10.2011 Pays de Galles - Suisse

11.10.2011 Suisse - Monténégro

Fin de l'infobox

swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.