Expo 01 souffle d'elle-même le chaud... et le tiède

Ce vendredi à Berne, au cours d’une conférence de presse marathon, la Direction d’Expo 01 a dévoilé plusieurs éléments de son contenu. On voudrait se réjouir, mais Nelly Wenger, la Directrice intérimaire, ne nous y encourage pas...

Ce contenu a été publié le 01 octobre 1999 - 16:46

Ce vendredi à Berne, au cours d’une conférence de presse marathon, la Direction d’Expo 01 a dévoilé plusieurs éléments de son contenu. On voudrait se réjouir, mais Nelly Wenger, la Directrice intérimaire, ne nous y encourage pas...

C'est lundi 4 octobre que le Conseil fédéral décidera de l'avenir d'Expo 01 : statu quo, annulation ou report. Au vu de l'urgence, le comité directeur avait donc décidé d'avancer la présentation des contenus de l'exposition, initialement prévue le 5 octobre à St-Gall, au vendredi 1er, à Berne. Et la foule était présente dans les locaux de la BEA. Foule de journalistes bien sûr, mais aussi foule de participants au projet, concepteurs, architectes, artistes, ceux qui travaillent à Expo 01 depuis parfois des années, et que l'on n'a jamais entendu jusqu'à ce jour. Plusieurs d'entre eux ont dévoilé des projets structurés, parfois déjà bien amorcés, compréhensibles, crédibles.

Ainsi sur l'arteplage de Neuchâtel, «Au pays des noms de lieux», (photo de la maquette) un passionnant voyage historique et sociologique sur les routes de la toponymie helvétique, voyage dirigé par le Centre de Dialectologie de l'Université de Neuchâtel. Ainsi à Yverdon, «La machine à danser», lieu de rencontre voulu par Pipilotti Rist, fleur géante qui s'ouvre et se referme pour agrandir ou diminuer sa capacité d'accueil, et sur laquelle le public pourra agir par le biais de télécommandes... Ainsi, à Bienne, «Argent et valeur», un concept de la Banque Nationale Suisse que réalisera le muséographe vedette Harald Szeemann. BNS et Szeemann, une association apparemment explosive. Ou encore à Morat, «Un ange passe», une véritable gageure, puisque ce projet réunit quarante Eglises de Suisse, toutes confessions confondues.

Soudain, grâce aux créateurs, et grâce à la flamme de Martin Heller, le Directeur artistique d'Expo 01, le coeur des fameux arteplages, dont on ne connaissait jusque là que l'élégance et l'originalité plastique, le coeur des arteplages a commencé à battre.

Et puis Nelly Wenger, directrice intérimaire, prit la parole. Rappela qu'Expo 01 était jouable, dans les délais initialement prévus. Mais elle admit que «psychologiquement et politiquement», ce délai était peut-être trop serré. Que l'important était le soutien politique au projet. Et que la date de sa réalisation, 01 ou 02, finalement, n'était plus qu'affaire de nuances. Plutôt repousser que tout perdre... On comprit donc que Nelly Wenger offrait au ministre Pascal Couchepin la possibilité de jeter au lac, celui de son choix puisqu'il y en a trois, la clé d'Expo «01».

Bernard Léchot

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article