Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Expo 2005: le Pavillon suisse a la cote!

Les visiteurs se pressent au pavillon suisse d'Aichi.

(Keystone)

Cinq mille visiteurs par jour: le Pavillon suisse de l’Expo 2005 à Aichi, au Japon, attire les foules.

L’engouement des Japonais pour la Suisse et l’approche interactive du pavillon sont les principaux ingrédients de ce succès.

«Nous avons la cote», déclare à swissinfo Manuel Salchli, responsable sur place du Pavillon suisse. L’Expo estime à 15 millions le nombre des entrées attendues. Le Pavillon suisse espère en attirer à lui seul près de 10 pour cent, soit entre 1 million et 1,5 millions de visiteurs.

Jusqu’ici, 5000 personnes sont venues explorer la montagne suisse, explique Manuel Salchli. «Et ce, même si avant 11h du matin et après 19 h.30, il n’y a, en général, pas un chat au Global Common 4».

Files d’attente

Le Pavillon suisse est d’ailleurs le seul à avoir une longue file d’attente au sein du complexe qui héberge les pavillons de différents pays européens. Cette partie de l’expo se situe au sud du site, soit assez loin des entrées, placées elles à l’ouest et au nord.

Pour rattraper les trois heures «perdues» chaque jour en termes d’affluence, les Suisses ont fait preuve d’imagination. Ils ont ainsi obtenu une bonne couverture des chaînes TV japonaises ce qui attire un public supplémentaire.

«On parle du pavillon suisse, même si les médias japonais n’évoquent que le panorama depuis la terrasse, ou la raclette», poursuit Manuel Salchli.

Différent des autres

A la différence des autres, le pavillon suisse est pratiquement le seul pavillon à mobiliser la participation du visiteur. Muni d’un audioguide, le visiteur peut illuminer les objets qui l’intéressent.

«De nombreuses personnes nous félicitent d’avoir eu le courage de donner dans l’originalité», insiste le chef du Pavillon. «Les autres pavillons montrent très souvent des projections ou des vidéos et misent beaucoup sur le multimédia.»

Autre atout, l’accueil: les visiteurs japonais sont accueillis par des Suisses qui leur parlent en japonais, ce qui suscite un élan de sympathie supplémentaire. De nombreux autres pays ont engagé des japonaises et japonais pour ce travail.

Deux cultures

Le bilan global des trois premières semaines est très enrichissant, poursuit Manuel Salchli. Un responsable qui se dit avoir été surpris par le fait que, pour les Japonais, tout doit être indiqué par écrit avec beaucoup de précision.

«Il faut les prendre en charge de A à Z, par des panneaux ou avec les guides mobiles». Une impression partagée par Clelia Kanai , 27 ans, de Zurich, l’une des quarante assistantes du Pavillon. «Les Japonais se sentent honorés s’ils sont conduits et guidés». Un sentiment que cette helvetico-japonaise connaît bien.

Ce qui caractérise les Japonais, c’est ce sentiment d’appartenir à un groupe; on le sent très fortement ici à l’expo», ajoute la jeune étudiante en japonologie. «Pour une telle expo, les visiteurs suisses opteraient plutôt pour une découverte individuelle.»

Les Occidentaux à l’aise

Les visiteurs occidentaux se sentent visiblement plus à l’aise avec le guide audio, une vieille lampe de poche militaire bourrée de high-tech. «Il nous faut beaucoup plus de temps pour expliquer aux Japonais comment se servir de cette chose.»

Pourtant entre Japonais et Suisses, on se comprend sur beaucoup de choses: propreté, ponctualité, fiabilité et perfectionnisme sont quelques-unes des valeurs partagées entre Helvètes et citoyens du Pays du Soleil levant. Tout comme la conviction d’être différents des autres.

En règle générale, la montagne du Pavillon suisse plaît beaucoup aux Japonais, observe pour conclure Clelia Kanai.

Seul point négatif, au début, lors de la simulation de l’ascension: «J’ai déjà vu des gens être pris de claustrophobie»... Mais ils peuvent aussi pénétrer dans la montagne par une porte dérobée.

swissinfo, Christian Raaflaub, Aichi
(Traduction et adaptation de l’allemand: Bertrand Baumann)

Faits

La première exposition universelle a eu lieu en 1851 à Londres.
Les expositions universelles ont lieu à intervalles irréguliers. Les dernières:
1970: Osaka, Japon
1992: Séville, Espagne
1998: Lisbonne, Portugal (2e catégorie)
2000: Hannovre, Allemagne
2005: Aichi, Japon
La prochaine exposition universelle aura lieu en 2010 en Chine, à Shanghaï.

Fin de l'infobox

En bref

- Lors de la Journée de la Suisse (15.4.), les responsables du Pavillon suisse à l’Expo 2005 à Aichi ont tiré un bilan positif.

- «Après trois semaines, nous avons la cote», confirme à swissinfo Manuel Salchli, le responsable sur place du Pavillon.

- Le courage de se démarquer des autres pays dans la présentation porte ses fruits.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×