«Je questionne sans arrêt, mais je ne connais pas la vérité»

swissinfo.ch

Notre rédacteur Peter Siegenthaler prend sa retraite à fin mai. Nous lui avons posé exactement les mêmes questions qu’il a posées à ses interlocuteurs au fil des années.

Peter Siegenthaler, vous avez travaillé dans le journalisme suisse pendant 36 ans, dont 13 à swissinfo.ch. Nous vous posons maintenant quelques questions que vous devez bien connaître, vu qu’en d’autres occasions vous les avez posées à d’autres gens. Après tout, vous avez beaucoup donné au journalisme critique durant toutes ces années.

swissinfo.ch: Une jeune fille de 16 ans a réussi à forcer les politiciens à agir. N’est-ce pas un peu frustrant pour vous?

Peter Siegenthaler: Vous parlez de Greta Thunberg. J’avais posé cette question à un politicien vert. Quant à moi, non, ça ne me frustre pas. Ça me réjouit. Il s’agit de la jeune génération, de l’avenir de ma fille et de ma petite-fille. Il est bien que les jeunes se mettent d’accord sur le fait qu’il faut faire quelque chose pour le climat.

Est-ce que vous portez par exemple un masque pour faire vos courses?

Jusqu’ici, non. Mais à l’avenir, j’en aurai certainement un pour le train et le bus. Je ne sais pas encore s’il en faut un pour faire les courses.

Certains médias étrangers présentent régulièrement la Suisse comme un bastion de la xénophobie. Partagez-vous ce point de vue?

Non. Il y a de la xénophobie en Suisse, mais dans beaucoup d’autres pays, il y en a autant, voire plus. Chez nous, le parti le plus hostile aux étrangers touche environ un tiers des électeurs. C’est encore trop.

Et si je vous parle d’une famille de requérants d’asile qui interdit à ses enfants d’aller à la piscine, est-ce que cela vous fâche?

Oui, très clairement, cela me fâche.

Qu’entendez-vous par là, très concrètement?

En été, quand il fait 30 degrés, les enfants ont envie d’aller dans l’eau. Si un enfant en est exclu pour je ne sais quelle raison, cela me révolte. Je me demande quel dieu peut interdire la piscine aux enfants.

Que veut la majorité des musulmans?

Je ne sais pas. Il faudrait un sondage pour cela. J’imagine que dans leur grande majorité, les musulmans ont des souhaits identiques à ceux des chrétiens et de tous les autres aussi.

Je connais des gens qui renoncent à l’aide sociale pour ne pas s’exposer à la stigmatisation. Vous aussi?

Oui, je connais des gens comme ça. Beaucoup de gens ont du mal à dépendre de l’argent des autres. Ils préfèrent se serrer la ceinture.

Restons sur les questions d’argent: si la direction d’une entreprise prend davantage d’argent, il en reste moins pour les actionnaires à la fin. Est-ce que c’est un problème?

Hmm, question très complexe. Est-ce que je l’ai vraiment posée une fois?

Oui, à propos de l’initiative «Contre les rémunérations abusives». Mais je peux la formuler différemment: en quoi les salaires que verse une entreprise regardent-ils les électeurs?

Mais bien sûr que cela les regarde. Une entreprise fait partie de la société. Elle utilise du terrain qui est à la collectivité, elle génère des émissions, elle utilise les infrastructures de la société, elle fait des profits, elle peut s’enrichir. Pour cela, le public est très concerné par ce que les gens se mettent dans la poche. Je voudrais que les gens en Suisse se posent bien plus la question de la justice salariale – que ce soit pour les limites inférieures ou les limites supérieures. Les bas salaires sont trop bas, et les hauts trop hauts.

Je trouve que ce sont là des questions tout à fait pertinentes pour la société.

Question plus personnelle pour terminer: qu’est-ce qui a compté le plus pour vous dans votre travail de journaliste?

Je vais citer un ancien directeur de la radio. Il disait qu’en tant que journaliste, on doit toujours s’efforcer de trouver la vérité – mais en restant conscient qu’on ne la trouvera jamais. Pour moi, cela veut dire que l’on doit questionner et chercher encore et encore, mais toujours se dire que l’on ne connaît pas la vérité. C’est une exigence très élevée. Mais elle m’a permis de m’orienter.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article