Navigation

Faillite de Sabena: le rôle de Swissair

L'accroissement de la flotte belge a contribué aux problèmes financiers de Sabena. Keystone Archive

Selon un rapport officiel belge, la disparition de Sabena résulte notamment de choix imposés par Swissair. Comme l'achat de 38 Airbus.

Ce contenu a été publié le 25 mars 2002 - 20:32

Selon ce document de 36 pages rédigé par le Bureau fédéral du plan, le leasing de 38 Airbus a rendu la faillite de Sabena inévitable. Décidé à la demande de Swissair en 1997, cet accroissement de la flotte a, en effet, littéralement fait exploser les comptes de la compagnie belge.

«Pour l'année 2000, précisent les experts belges, ce contrat a entraîné des obligations hors bilan de l'ordre de 1971 millions d'euros.» Une information qui devrait intéresser au plus haut point la justice belge et la commission d'enquête parlementaire qui se penchent actuellement sur les causes de la faillite de Sabena.

Le juge Van Espen est en effet chargé d'une enquête sur le rôle de Swissair dans l'achat d'Airbus, des avions également utilisés par la compagnie suisse. Un fait d'autant plus curieux que la flotte de Sabena était alors exclusivement composée de Boeing.

Autre information importante, plusieurs contrats passés sous contrôle direct de la compagnie suisse se sont traduits par une brutale augmentation des coûts.

Entre 1999 et 2000, la facture des services en piste de Sabena est passé de 174 millions à 326 millions d'euros. Et le budget de la restauration à bord a, lui aussi, fait un grand bond en avant en passant de 9 à 49 millions d'euros en un an.

Autant d'éléments qui ont, sans doute, contribué à la faillite de la compagnie aérienne belge. A la mise au chômage de 6700 salariés. Et à la disparition de 10 300 emplois indirects.

swissinfo/Alain Franco à Bruxelles

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.