Federer attend Kuerten

Roger Federer lèvera-t-il le poing à l'issue de son quart de finale contre Gustavo Kuerten? Keystone

Le Bâlois s'est qualifié pour les quarts de finale du tournoi de Hambourg. Il affrontera pour la première fois le Brésilien, triple vainqueur de Roland-Garros.

Ce contenu a été publié le 16 mai 2002 - 18:27

Roger Federer poursuit sur sa lancée à Hambourg. Il a en effet disposé, jeudi, du qualifié roumain Adrian Voinea sur le score de 7-5 6-4. Cette victoire l'autorise à défier pour la première fois de sa carrière l'ancien numéro un du circuit ATP: Gustavo Kuerten.

Grand spécialiste de terre battue, le Brésilien - triple vainqueur de Roland-Garros - semble s'être bel et bien débarrassé de ses ennuis physiques de début de saison.

La confiance retrouvée de Federer

Au vu de ses deux premiers matches aux Internationaux d'Allemagne, et en particulier de son huitième de finale, les chances du Suisse sont réelles. «Je joue maintenant en pleine confiance, se réjouissait Roger Federer après son match. Ces quelques victoires sur terre battue ont modifié mon approche mentale: je ne me sens plus dans l'obligation de prendre des risques comme à Monte Carlo et à Rome.»

Le modeste classement de Voinea ne doit pas faire oublier que le Roumain restait sur quatre victoires de rang dans le tournoi, dont la dernière face à Tim Henman, la bête noire du Suisse. En guise de remerciement, Roger Federer a livré un match très solide, sans jamais laisser respirer son valeureux adversaire.

Interrogé sur la montagne à laquelle il doit maintenant s'attaquer, le numéro 1 suisse s'est félicité de son retour, tout en la jugeant moins impressionnante que l'année dernière.

«Guga n'a pas encore retrouvé toute sa vélocité, a-t-il lancé sur le ton du défi. Il n'est pas au top quand on le fait courir». Kuerten saura certainement relever le gant.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article