Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Feu vert à l'extradition d'un mafioso napolitain

Gerardo Cuomo, à l'époque de sa comparution devant un tribunal de Bologne en 1989. (archives Keystone)

L´Office fédéral de justice et police autorise l´extradition de Gerardo Cuomo vers l´Italie. A l´origine du «Ticinogate», le boss présumé de la contrebande internationale de cigarettes devrait recourir contre cette décision auprès du Tribunal fédéral.

Malade du cœur, Gerardo Cuomo se trouve actuellement à l'hôpital de Lugano. Où il est soumis à des contrôles. Arrêté le 10 mai à Zurich à la demande du parquet de Bari (Pouilles), il a été transféré en août au Tessin.

C'est à cause de son appartenance présumée à une organisation criminelle de type mafieux que l'Office fédéral de justice et police (OFJ) a finalement accepté la demande d'extradition déposée par les autorités italiennes. La contrebande de cigarettes - qui serait orchestrée par le Napolitain - est un délit fiscal pour lequel l'extradition n'est pas prévue.

L'avocat zurichois de Gerardo Cuomo, Me Bernhard Gehrig, estime que «la demande d'extradition formulée par l'Italie n'est pas consistante». Plus grave , qu'elle est «contradictoire». Me Gehrig a d'ailleurs annoncé son intention de recourir contre la décision de l'OFJ.

Gerardo Cuomo est accusé par la magistrature de Bari (Pouilles) d'être à la tête d'un vaste trafic international de cigarettes, de contrebande d'armes et de drogue, entre le Monténégro et l'Italie. Il est, par ailleurs, à l'origine du plus retentissant scandale judiciaire qu'ait connu le Tessin.

C'est en effet à cause de l'amitié qui le liait à l'homme d'affaires napolitain que l'ancien président du tribunal pénal tessinois Franco Verda a brisé sa carrière. Et provoqué le scandale.

L'enquête - ouverte au Tessin contre Gerardo Cuomo et son fils Marco, contre l'ex-juge Franco Verda et sa conjointe Désirée Rinaldi - devrait se conclure ces prochains jours.

Le procureur extraordinaire Luciano Giudici accuse Gerardo Cuomo de complicité en corruption passive. Et il accuse Franco Verda de corruption passive, de violation répétée du secret de fonction et d'entrave à l'action pénale.

Le procès contre Franco Verda devrait s'ouvrir dans quelques mois. Le procureur Giudici n'a pas encore décidé si le contrebandier présumé sera jugé en même temps.

Quoi qu'il en soit, avant d'être livré aux autorités italiennes, Gerardo Cuomo devra d'abord régler ses comptes avec la justice tessinoise.

Gemma d'Urso, Lugano


Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×