Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Fin de course pour l'équipe suisse Phonak

"J'abandonne", a annoncé le propriétaire de Phonak Andy Rihs (à droite) devant la presse, mardi, à Zurich.

(Keystone)

Andy Rihs jette l'éponge. Le propriétaire de Phonak a annoncé mardi à Zurich la dissolution pour la fin de l'année de l'unique équipe suisse figurant au sein de l'élite du cyclisme mondial.

Cette décision fait suite à l'affaire de dopage de l'ex-capitaine de la formation helvétique, l'Américain Floyd Landis.

L'homme d'affaires suisse Andy Rihs a annoncé, mardi, lors d'une conférence de presse, qu'il se retirait du cyclisme professionnel.

«En tant que cycliste passionné, je suis extrêmement déçu de constater que ce sport est dorénavant synonyme de dopage. Je regrette profondément cette situation et j'ai donc décidé de dissoudre l'équipe», a expliqué mardi Andy Rihs.

De plus, la firme américaine iShares, qui s'était avancée comme repreneur et sponsor principal pour la saison prochaine, s'est désengagée.

«Je me vois aujourd'hui contraint de faire une chose que je n'ai encore jamais expérimentée dans toute ma carrière d'entrepreneur: j'abandonne!», ajoute le propriétaire de l'équipe.

Entre les coureurs, le personnel technique et administratif, Phonak Cycling emploie une soixantaine de personnes. Le directeur sportif de l'équipe John Lelangue a été chargé de recaser les coureurs dans d'autres équipes d'ici la fin de l'année.

Victime du dopage

Phonak a été touchée par plusieurs affaires de dopage, dont la plus retentissante concerne le vainqueur du Tour de France 2006. Floyd Landis avait subi un contrôle positif à la testostérone, le 20 juillet, après son succès dans la 17e étape du Tour de France.

Après la confirmation du résultat anormal d'un contrôle antidopage de Floyd Landis, Phonak avait licencié son coureur vedette. Andy Rihs avait alors annoncé qu'il étudiait les conséquences de cette affaire pour sa société ARcycling qui gère l'équipe Phonak.

En sept ans d'existence, l'équipe a été confrontée à 14 cas de dopage. La pire année a été 2004, lorsque trois coureurs de l'équipe ont été contrôlés positifs: le Suisse Oscar Camenzind, l'Américain Tyler Hamilton et l'Espagnol Santiago Perez.

Après ces affaires, Phonak s'était dotée d'un système de contrôle interne systématique de ses coureurs, plus sévère que ce que prescrit l'Union cycliste internationale.

Malgré cela, les Espagnols Santos Gonzales et Enrique Gutierrez et le Colombien Santiago Botero ont vu leurs noms cités dans l'enquête en cours pour une affaire de dopage lors de la Vuelta.

swissinfo et les agences

En bref

En 2000, Andy Rihs, le président du conseil d'administration du fabricant suisse d'appareils auditifs Phonak fonde son équipe cycliste.

En 2002, l'équipe Phonak entre dans l'élite du cyclisme professionnel mondial.

En 2003, elle engage Tyler Hamilton. Médaille d'or au contre-la-montre des Jeux Olympiques d'Athènes en 2004, l'Américain sera testé positif lors d'un contrôle antidopage, la même année, lors de la Vuelta.

En 2004 toujours, deux autres coureurs de l'équipe sont contrôlés positifs: la Suisse Oscar Camenzind et l'Espagnol Santiago Perez.

D'autres affaires de dopage éclateront par la suite. La plus récente et la plus retentissante sera le contrôle positif du vainqueur du Tour de France 2006.

En juillet dernier, l'Américain Floyd Landis a été testé positif à l'issue de l'étape de Morzine.

Les contre-analyses ont confirmé les premiers examens: l'ex-leader de l'équipe Phonak a bel et bien absorbé de la testostérone.

Fin de l'infobox


Liens

×