Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Fin de l’opération de séduction aux Etats-Unis

L'Empire State Building illuminé aux couleurs de la Suisse.

(Keystone)

Présence Suisse tire un bilan satisfaisant de trois ans d’efforts pour rendre la Suisse davantage visible auprès des habitants des Etats-Unis.

Cette opération est appelée à continuer, mais sous une forme réduite.

L’affaire des fonds en déshérence et les tensions apparues alors entre la Suisse et les Etats-Unis avaient montré l’importance qu’il y a à davantage soigner les relations entre les deux pays. Une mission que Présence Suisse s’est efforcée de remplir au cours des trois dernières années.

Outre plus de 60 grands projets, Présence Suisse a mis sur pied une centaine d’activités de moindre importance et un vaste réseau de contacts. De plus, à Washington, la fête des «Elèves» est devenue un rendez-vous de fin de saison auquel participent des centaines de personnes.

Des symboles américains

Quand un Américain visite l’ambassade de Suisse à Washington, il est surpris d’y voir dans les jardins les statues d’un âne et d’un éléphant. Rappelons que ces deux animaux sont le symbole des deux grands partis politique du pays, le démocrate et le républicain.

Ces œuvres aujourd’hui abrités dans les murs de l’ambassade faisaient partie d’une «exposition» présentée il y a environ deux ans dans les rues de Washington.

A travers Présence Suisse, la Suisse avait alors été le seul pays étranger à participer à cette manifestation. Lorsqu’elle fut terminée, l’âne et l’éléphant – réalisés par deux artistes suisses – ont été acquis grâce à une collecte.

Aujourd’hui, ces statues sont un peu le symbole du travail que Présence Suisse a réalisé non seulement à Washington, mais à travers tous les Etats-Unis.

La liste des projets est trop longue pour être énumérée ici. Signalons cependant que Présence Suisse a activement participé à SwissPeaks.

Ce projet est appelé à continuer, même sous une forme quelque peu réduite, précise Carlos Orga, responsable du programme américain de Présence Suisse.

Présence Suisse a également organisé de nombreux échanges de délégations. L’occasion d’ailleurs de diffuser le livre de Gregory Fossedal «Direct democraty in Switzerland» au cours de ces diverses rencontres et tables rondes.

Un programme sur trois piliers

«Notre programme s’est basé sur trois piliers, précise Carlos Orga. En premier lieu, nous avons beaucoup mis l’accent sur les échanges entre personnes». En trois ans, plusieurs délégations américaines formées de spécialistes de l’éducation, de la politique, des médias ou encore des sciences se sont rendues en Suisse.

Au total, entre 250 et 300 personnes ont eu la possibilité de connaître directement la Suisse et surtout de comprendre comment elle fonctionne et quelles sont ses particularités.

Présence Suisse a également développé tout un réseau de contacts. «Désormais, plus de 5000 personnes reçoivent chaque mois notre newsletter», précise le responsable du projet qui s’apprête à rentrer à Berne.

Enfin, la rencontre des «Elèves» représente le troisième grand succès de cette opération de séduction. Cette rencontre se tient depuis deux ans à la fin de l’été dans les jardins de l’ambassade suisse.

Celle-ci permet de raviver les liens qui se sont créés lors des voyages en Suisse ou lors d’autres manifestations, comme par exemple lors de la création d’un groupe d’intérêts des parlementaires suisses et américains.

Carlos Orga se plaît également à rappeler l’existence de projet plus petits. Présence Suisse a par exemple contribué à la traduction de «Schellen-Ursli», un classique de la littérature enfantine en Suisse. Le livre a été lu par un groupe d’enfants d’une école de Washington qui ont ensuite présenté l’histoire dans une pièce de théâtre.

Les Etats-Unis au cœur des préoccupations suisses

Le fait que le programme de trois ans mis en œuvre par Présence Suisse soit terminé ne signifie pas pour autant la fin de ses activités. Les Etats-Unis restent en effet un pays important. D’autres projets y seront donc menés, mais avec moins de moyens financiers à disposition.

Il est notamment prévu de continuer l’expérience de SwissPeaks. De nombreux espoirs sont également mis dans la construction du nouveau centre suisse de New Glarus.

Carlos Orga estime qu’il est très important de pouvoir développer des projets en collaboration avec des partenaires locaux, qu’il s’agisse de privés, d’universités ou d’autres groupes qui poursuivent les mêmes buts que Présence Suisse, comme la conférence des jeunes leaders et la Swiss Foundation for World Affairs.

Présence Suisse, assure Carlos Orga, doit continuer à soigner les contacts créés ces trois dernières années. Elle doit aussi continuer à capter l’intérêt du public américain et continuer à le surprendre.

swissinfo, Anna Luisa Ferro Mäder, Washington
(traduction: Olivier Pauchard)

En bref

- Durant trois ans, Présence Suisse a cherché à intéresser les Américains à la Suisse.

- Cette période a permis de développer tout un réseau de contacts entre les deux pays.

- Cette opération de séduction a coûté moins de 7 millions de francs. Une entreprise externe a été chargée d’évaluer son impact.

- Le programme va se poursuivre, mais sous une forme réduite. Ainsi, seuls 700'000 francs sont prévus pour 2004.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.