Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Flambée des prix du logement

Les loyers prennent l'ascenseur.

(swissinfo.ch)

Locataires et propriétaires devront revoir à la hausse leur budget logement l´an prochain. Les habitants de la région lémanique, de Zurich et de Suisse centrale seront les plus touchés, selon une étude du bureau Wüest & Partner, publiée mercredi.

Le nombre de logements libres, à louer ou à acheter, a atteint son niveau le plus bas depuis 1997. Les prix suivent la courbe inverse. En 2001, ils devraient progresser de 6,5 pour cent pour les locations, de 4 pour cent pour les appartements en propriété et de 4,5 pour cent pour les villas.

La situation est plus tendue dans les grands centres urbains. Dans la région lémanique, le taux d'appartements à louer oscille entre 4 et 5 pour cent, contre 7 à 8 pour cent dans le reste de la Suisse occidentale. A Zurich, ce taux est passé sous la barre des 4 pour cent.

En toute logique, le prix des appartements à louer a déjà augmenté de 2 pour cent, dans l'arc lémanique et à Zurich. Mais selon l'étude de Wüest & Partner, la tendance à la hausse concerne tout le pays.

Mêmes perspectives sombres pour les futurs propriétaires, qui ont rarement été aussi nombreux. Cet engouement pour la construction de villas pourraient même durer une dizaine d'années.

La demande a atteint un niveau record avec 14000 maisons individuelles achetées l'an dernier dans toute la Suisse. L'offre, elle, reste limitée à environ 3 pour cent.

Ce taux a tendance à baisser en Suisse romande, et à augmenter de l'autre côté de la Sarine. Quant aux prix, ils se sont appréciés d'environ 5 pour cent en deux ans.

S'il est vrai que les loyers augmentent à nouveau plus rapidement que le niveau de vie, Jean-Nils de Dardel secrétaire général de l'ASLOCA romande (fédération romande des locataires) se montre très méfiant avec cette étude. «Elle a une vision très particulière des choses, commente le conseiller national (S/GE). L'immense majorité des personnes ne déménagent pas.»

Du coup, le défenseur des locataires s'intéresse de beaucoup plus près aux augmentations de loyer essuyées par ceux qui ne changent pas d'appartement.

Un domaine dans lequel la gauche vient d'ailleurs d'enregistrer un revers. La Commission des affaires juridiques du Conseil national a adopté mardi un contre-projet indirect à l'initiative de l'ASLOCA, «Pour des loyers loyaux».

Aux yeux de la gauche, le projet d'origine du Conseil fédéral a subi des péjorations majeures, au point de protéger désormais les investisseurs plutôt que les locataires. «Si cette loi sera aussi mauvaise que ce qui se dessine, nous lancerons un référendum», conclut Jean-Nils de Dardel.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×