Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Football: affaiblie, la Suisse s'incline face à la Suède

Le Suisse Johann Vogel, droite, face au Suédois Fredrik Ljungberg, gauche.

(Keystone)

Encore une défaite en match amical pour l'équipe de Suisse. A Genève, les Suédois l'ont logiquement emporté 2-0, démontrant au grand jour que la phalange d'Enzo Trossero ne peut se passer de ses meilleurs éléments.

«En première mi-temps surtout, l'équipe n'a pas démérité, mais au bout du compte, nous perdons quand même 2-0, cela n'a donc pas suffi et il faut pouvoir compter sur tous les titulaires!»

Empêché de jouer par son club de Liverpool, Stéphane Henchoz fait part d'un constat quasi-général: pour avoir une chance de s'imposer face aux bonnes nations, la Suisse ne peut décemment évoluer sans Henchoz, Chapuisat, Sforza, Müller et Fournier.

Les illusions helvétiques n'ont duré que durant la première mi-temps. Par la suite, les Scandinaves ont pris le dessus sur la seconde garniture de Trossero (qui a effectué de très nombreux changements) pour lancer par deux fois leur fusée Anders Svensson. L'auteur des deux buts suédois (aux 62e et 77e minutes de jeu) a mis à nu les carences d'une arrière-garde sans grande assurance et confiance.

Dans une ambiance morose, sur un terrain très lourd et pour son retour à Genève après 12 ans d'absence, l'équipe suisse n'a pu compter que sur le soutien de 6060 spectateurs qui ont au moins eu l'occasion de voir Johann Vogel diriger, à mi-terrain, la manœuvre avec précision, en tout cas en première mi-temps.

Longtemps absent en raison d'une blessure, Raphaël Wicky (Atletico Madrid a fait un retour prometteur. «Je pourrais très bien m'imaginer évoluer à ses côtés lors des prochaines rencontres», lance Johann Vogel, qui sera bientôt sacré une fois encore champion des Pays-Bas avec le PSV Eindhoven.

Restent aux Suisses cinq semaines avant les prochains matches éliminatoires de la Coupe du monde 2002, contre les Iles Féroé et la Slovénie.

Jonathan Hirsch

×