Football: Suisse-Pologne à Chypre

L'équipe nationale à l'entraînement... Keystone Archive

En prévision de la prochaine échéance de Coupe du monde contre la Yougoslavie, à Belgrade, l'équipe nationale helvétique joue, mercredi, un match amical contre la Pologne sur l'île de Chypre.

Ce contenu a été publié le 27 février 2001 - 11:10

L'équipe de Suisse de football est arrivée, lundi, sur l'île de Chypre. La première séance d'entraînement (décrassage) a réservé un enseignement intéressant, mais qui doit encore être confirmé.

L'axe du milieu de terrain devrait être tenu par les deux sociétaires du championnat de France de 1ère division, le Lyonnais Patrick Muller et Fabio Celestini, de Troyes.

En effet, le no 10 Sforza a été opéré du genou gauche, le week-end dernier, à Bienne. Mais de toute façon, le capitaine de l'équipe de Suisse devra purger son match de suspension contre la Yougoslavie, le 24 mars. Il devrait faire l'impasse sur la seconde rencontre éliminatoire de Coupe du monde, le 28 mars, à Zurich, contre le Luxembourg. De plus, Sforza ne joue plus demi, mais libéro au Bayern Münich.

D'autres titulaires, et non des moindres, ont déclaré forfait. Türkylmaz, sauveur dimanche de Lugano contre Sion, s'est désisté pour une douleur dorsale. Vogel (Eindhoven) a lui aussi décliné la sélection pour une grippe. De même que Wicky (Bundesligua) pour une entorse à la cheville.

En outre, Murat Yakin pourrait mettre un terme à sa carrière. Selon le magazine allemand «Kickers», et selon un diagnostic médical, le joueur de Kaiserlautern ne devrait jamais plus retrouver l'intégralité de ses moyens, à cause d'une blessure au genou droit.

Ces mauvaises nouvelles n'entament pas pour autant le moral du coach national. Enzo Trossero: «Je continue à penser que nous nous qualifierons pour le Mondial 2002. Nous avons une bonne équipe et, lors de nos trois premiers matches éliminatoires, nous nous sommes montrés supérieurs à nos adversaires. Même si je n'avais pas envisagé une défaite contre la Russie à domicile».

Et pour étayer sa foi en la Suisse, l'entraîneur argentin a fait engager son compatriote, Daniel-Mario Romeo, pour le seconder à la tête de l'équipe nationale. Martin Brunner endossant dorénavant uniquement la responsabilité des gardiens de but.

«J'ai besoin d'un regard neuf sur cette équipe, explique Enzo Trossero. D'autant que Romeo n'est pas n'importe qui. En 1969, en tant que joueur, il disputa la finale de la Coupe intercontinentale avec Independiente contre l'AC Milan, à San Siro.

Si l'on dresse le bilan de la Suisse avec Trossero, c'est une victoire au dépens des îles Feroé (5 à 1) et une défaite devant la Russie, à domicile. Et ce sont deux nuls à l'extérieur avec la Slovénie (2 à 2) et avec la Tunisie (1 à 1) en amical.

Au contraire de la Suisse, la Pologne, elle, a pris un excellent départ dans ces qualifications pour le Mondial. Elle occupe la première place du classement du Groupe 5, avec 3 matches et 7 points. C'est donc dire la valeur de l'adversaire. Et, par conséquent, de ce galop d'entraînement.

Reste à relever la surprenante sélection de l'attaquant Giorgio Contini, pourtant souvent remplaçant au FC St-Gall, et le retour de l'arrière sédunois du FC Zurich, Yvan Quentin, après cinq ans d'absence au sein de l'équipe nationale suisse.

Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article