Football M21: Les Suisses en finale ?

Pierre-Alain Dupuis, chef de la rubrique "football" de la TSR RTS

L'équipe nationale des moins de 21 ans a réalisé son plus bel exploit de l'Euro lundi. Elle a battu 2 à 0 les Lusitaniens et se rapproche des demi-finales. Mercredi, au Parc Saint-Jacques de Bâle, les protégés de Bernard Challandes défieront l'Italie. La Suisse a-t-elle le droit de rêver? Pierre-Alain Dupuis, rédacteur en chef adjoint du Département des sports de la TSR, répond à vos questions.

Ce contenu a été publié le 21 mai 2002 - 11:21

Les mots ne sont pas assez forts pour qualifier la démonstration des rougets de l'entraîneur Bernard Challandes. Opposés aux vifs et techniques Portugais, les Suisses ont été plus que des titans. Tous sans exception ont été divins.

Un Beney d'or

Après leur revers contre l'Angleterre (1-2), les Helvètes étaient le dos au mur. Une nouvelle défaite était rédhibitoire. Elle signifiait la fin des espoirs de se hisser en demi-finale. En face, le Portugal avait de beaux atouts en poche. Un point acquis vendredi contre l'Italie. Des joueurs d'exception. Et un public presque tout acquis à sa cause.

Complet (16 000 spectateurs!), le Hardturm de Zurich était étrangement rouge et vert. Du moins une bonne moitié. Dans ces conditions, les Suisses étaient appelés à passer six mauvais quarts d'heure. Les deux premiers ont été un véritable siège du sanctuaire protégé par Nicolas Beney.

A la 8e minute déjà, le portier sédunois s'interposait avec maestria sur un coup franc de Hugo Viana. Puis, à la 11e et à la 30e, ce sont les montants qui sont venus au secours de la bande à Challandes. L'orage était dès lors passé.

Les Zorros Cabanas et Frei

Dans l'enchaînement, les joueurs à croix blanche ont planté les premières banderilles. Par l'entremise de Zanni (40e), Gygax (43e) et Frei (45e). En vain. Après la pause, les deux équipes se sont observées. Il a fallu attendre l'heure de jeu pour que les filets tremblent. Sur penalty, le Grasshopper Ricardo Cabanas logeait le cuir au bon endroit.

Sonnés par cette réussite, les Portugais ont été bien incapables de se rebeller. La faute à une charnière défensive imperméable des Suisses. Et à un Alexander Frei somptueux. De la tête, le Servettien assommait définitivement les Ibères (73e).

Mercredi, au Parc Saint-Jacques de Bâle, les protégés de Bernard Challandes défieront l'Italie. Avec au bout de ces nonante minutes une éventuelle place en demi-finale de l'Euro 2002. Le rêve continue. Merci les rougets.


swissinfo/Raphael Donzel

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article