Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Free jazz dans les collines grisonnes

Parmi les hôtes du festival "Uncool", la pianiste helvétique Irène Schweizer.

(Keystone Archive)

Ce week-end de l'Ascension est placé sous le signe du free jazz et de la musique d'improvisation dans le Val Poschiavo (Grisons). Le festival «Uncool» emmène à la campagne des artistes qui se produisent habituellement à New York, Berlin ou Zurich.

Qui aurait pu imaginer qu'un jour Amiri Baraka - alias «Le Roi Jones», un des poètes symbole de la «beat generation» américaine, figure centrale du «Black Arts Movement» de la fin des années 60 au début des années 70 - qui aurait pu imaginer qu'un jour Amiri Baraka grimperait au Val Poschiavo, une des régions les plus reculées de Suisse?

Et ce n'est qu'un des temps forts prévus à l'affiche de ce festival international de musique contemporaine. La pianiste suisse Irène Schweizer est également l'hôte de cette seconde édition. Ou encore le saxophoniste Charles Gayle, qui se produit aux côtés de Michael Wimberley, Sirone, Dick Griffin et Fred Adams. Autres musiciens de renommée internationale: le saxophoniste Marshall Allen et le pianiste Bobby Few.

Tous ces musiciens quittent les métropoles, l'espace de quelques jours, pour se produire dans une vallée, perdue au-milieu des Alpes. «C'est une façon de mettre en relation la force qui émane de la nature et la force de la musique», commente Cornelia Müller, membre du comité d'organisation du festival.

«Et qui dit qu'il faut vivre en ville pour apprécier?, poursuit l'organisatrice. La population du Val Poschiavo se montre d'ailleurs très curieuse face à une musique qui a la réputation d'être difficilement accessible.»

Avant l'ouverture du festival, des workshops ont été organisés entre les musiciens - Alan Silva, Sirone et Olaf Rupp - et les écoliers de la région. «Nous avons vu beaucoup d'ouverture, que ce soit parmi les élèves ou parmi les enseignants, face à des notes qu'ils n'avaient jamais entendues», poursuit Cornelia Müller.

Au-delà de l'apport culturel pour la région, le festival a aussi un intérêt en termes économiques. Les retombées pour la vallée sont supérieures au million de francs, relève Cassiano Luminati, du comité d'organisation.

Les organisateurs attendent quelque 700 spectateurs par soirée. Beaucoup de pré-locations viennent d'Italie et d'Allemagne, mais aussi d'autres pays européens et même des Etats-Unis.

Andrea Tognina


Liens

×