Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Fugue littéraire en Franche-Comté

Le Palais Granvelle à Besançon, siège du Musée du Temps.

(interfrance.com)

24 écrivains, dont plusieurs auteurs romands, alémaniques et tessinois vont à la rencontre du public franc-comtois.

A Besançon comme dans de nombreuses cités plus modestes, ces «petites fugues» littéraires tournent autour de «L’écriture du Temps».

Besançon, Belfort, Pontarlier, Dole, Lons-le-Saunier… mais aussi Champagnole, Arinthod ou Villers-le-Sec… Du Jura français au Haut-Doubs en passant par la Haute-Saône, pendant deux semaines, la Franche-Comté va vivre à l’heure de la littérature française, suisse et allemande.

Une initiative due au Centre Régional du Livre de Franche-Comté, dont le siège se trouve à Besançon, un organisme financé par la Région et le Ministère français de la Culture. Information, valorisation de la littérature et soutien à l’économie du livre constituent les axes principaux de son travail.

«Petites fugues»

Les organisateurs ont baptisé cette opération du nom d’un célèbre film du réalisateur romand Yves Yersin. Un parfum de légèreté, revendiqué pour cette opération: «Il ne s’agit absolument pas d’un festival académique, universitaire, qui se voudrait ‘intellectualiste’», explique Dominique Bondu, directeur du Centre Régional du Livre.

«Notre pari, c’est de proposer le meilleur de la littérature pour le plus grand nombre. Et pour cela, il faut que cela se passe dans la simplicité et la convivialité».

Et pour y parvenir, rien de tel que d’aller vers les gens. «C’est un festival littéraire itinérant, le mot est important. Même s’il y a des temps forts à Besançon, l’idée est de proposer aux écrivains invités d’aller au-devant des publics, là où ils habitent, et notamment dans des zones éloignées des grands centres culturels» souligne Dominique Bondu.

Et dans cette perspective, les organisateurs poussent à ce que les «acteurs locaux, par exemple la bibliothécaire de la commune d’accueil», développent un réel travail en amont de la rencontre.

«Si ce travail se fait, et c’est pour nous une condition essentielle, alors c’est un succès, parfois même plus important dans un bourg du Jura que dans une grande ville, où les gens sont plus blasés, moins disponibles, confrontés à une offre culturelle plus importante», constate le directeur du Centre Régional du Livre.

Un choix multiculturel

Bernard Comment, Erica Pedretti, Alberto Nessi, Giovanni Orelli, Corinne Desarzens, Michel Layaz, Jean-Pierre Bregnard, Peter Weber notamment… Le fait de refléter le multilinguisme suisse était l’un des premiers critères de sélection des organisateurs. Avec une condition toutefois: que les auteurs alémaniques et italophones aient publié au moins un livre en traduction française.

Autre critère: «Le fait que ce soient des écrivains significatifs d’une création littéraire contemporaine de qualité». Et si possible, que la problématique du Temps transparaisse d’une manière ou d’une autre dans leur œuvre…

Car l’écriture du Temps et le temps de l’écriture, c’est le fil conducteur de ces «Petites fugues». Pour une raison littéraire, d’abord: «C’est un thème central de toute la littérature contemporaine, en tout cas depuis Proust et sa ‘recherche du temps perdu’» constate Dominique Bondu.

Pour une raison socio-historique ensuite: «Aussi bien la Suisse que la Franche-Comté sont des terres du temps mesuré, de l’horlogerie. Nous voulions donc faire un lien avec cette vocation commune».

Fête bilatérales et multilatérales!

Présentation de l’auteur, lecture de textes, échange avec le public autour d’un buffet…
La plupart des rencontres jouent la carte bilatérale: une commune, un écrivain, éventuellement deux.

Toutefois, des rencontres plus vastes ont lieu à Besançon, dans le cadre du Palais Granvelle, siège du Musée du Temps. C’est dans ce décor Renaissance que le public et l’ensemble des écrivains invités pourront se rencontrer, les 21, 22, 23 et 28 novembre.

swissinfo, Bernard Léchot

En bref

- Le Centre Régional du Livre de Franche-Comté organise jusqu’au 28 novembre un «festival littéraire itinérant» qui passe par toute la région, grandes villes et petites cités.

- Aux côtés d’écrivains français (Olivier Rolin, Claude Delarue) ou Allemands (Thorsten Becker), plusieurs auteurs suisses francophones, italophones et germanophones sont invités.

- Parmi eux, on peut notamment citer Bernard Comment, Erica Pedretti, Alberto Nessi, Giovanni Orelli, Corinne Desarzens, Michel Layaz, Jean-Pierre Bregnard ou Peter Weber.

- Les principaux temps forts auront lieu à Besançon les 21, 22, 23 et 28 novembre.

- Deux opérations décentralisées sont également prévues, l’une en Allemagne, à Fribourg-en-Brisgau (25 novembre), l’autre à Paris, à la Maison de la Franche-Comté (27 novembre).

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.