Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Genève en lice pour le siège du Forum de l'ONU sur les forêts

La forêt est l'un des thèmes privilégiés de la politique environnementale suisse.

L´ONU décidera l´an prochain où s´installera le futur secrétariat de son Forum sur les forêts. Ce nouvel organisme sera chargé de promouvoir la conservation et la gestion durables des ressources forestières de la planète. Genève est sur les rangs.

Sur le plan international, le discours sur la forêt s'essouffle. Certes on en a beaucoup parlé au Sommet de la Terre à Rio, en 1992. Cela faisait partie de son agenda. Mais des intérêts politiques contradictoires ont fait que les choix fondamentaux ont été repoussés à plus tard.

Les négociations se sont poursuivies selon diverses formules, celle d'abord d'un panel intergouvernemental, suivi d'un forum de même acabit dont la quatrième et ultime session s'est tenue au printemps dernier à New York. En dépit des quelque 300 recommandations adoptées au fil des ans, les discussions ont toujours achoppé sur quelques points clés.

Peut-on, par exemple, se mettre d'accord sur un règlement contraignant en matière de gestion durable des forêts? Comment en assurer le financement sinon au travers d'un fonds forestier mondial? Est-il possible de créer des mécanismes de contrôle du commerce des produits forestiers? Ou encore comment favoriser un transfert des technologies forestières?

Bref, de gros dossiers non résolus traînent encore et toujours sur les tables et on en est à se demander ce que des pays peuvent vraiment faire ensemble. Il est vrai que les États sont les premiers responsables de leurs ressources naturelles et que c'est à eux, en priorité, que reviennent le droit et le devoir de décider de leurs stratégies nationales environnementales.

Lorsqu'au printemps s'est achevée la série des quatre conférences prévues au programme - hélas sans résultats vraiment concluants - la question alors s'est posée de savoir s'il fallait s'arrêter à ce constat d'échec ou se donner de nouveaux moyens de dialogue et profiter d'une manière ou d'une autre des résultats positifs déjà engrangés, même s'ils ne sont pas spectaculaires.

Le dossier a été transmis aux principales instances onusiennes, et en particulier à l'ECOSOC, le Conseil économique et social des Nations unies. Celui-ci a finalement tranché en faveur d'un nouveau Forum sur les forêts conçu non pas comme une nouvelle subdivision mais comme une entité indépendante dotée de son propre secrétariat. Une décision sur l'attribution du siège de cet organe devrait être prise au printemps prochain.

Il s'agit d'une structure légère, comprenant une dizaine de personnes, chargée d'assurer le suivi des discussions sur les questions en suspens et de l'alimenter en idées nouvelles. Plus concrètement, ce secrétariat pourrait aussi apporter son appui aux pays qui cherchent à développer de nouvelles stratégies forestières nationales et à mieux coordonner les activités des différentes administrations concernées par la gestion des forêts.

La Suisse a de bons arguments à faire valoir pour sa candidature. La forêt représente l'un des thèmes privilégiés de sa politique environnementale. Depuis longtemps, dans les grandes conférences, elle défend aussi le principe d'un instrument juridique qui dise enfin les règles du jeu international dans ce domaine. Au vu de l'évolution actuelle du climat, ce n'est pas un luxe que de s'occuper ensemble du poumon forestier de la planète.

La région genevoise ne manque pas non plus d'atouts avec sa Maison internationale de l'environnement, ses secrétariats spécialisés, le siège mondial de deux poids lourds non gouvernementaux (le WWF et l'UICN), sans parler du Bureau européen du Programme des Nations unies pour l'environnement.

Le Costa Rica et la FAO, soutenue par l'Italie, sont également sur les rangs. Mais le choix final opposera probablement Genève à New York. Non pas que les États-Unis réclament ce secrétariat. Les Américains tout comme les Brésiliens font depuis longtemps obstruction aux initiatives internationales sur la forêt. Ce sont donc apparemment des arguments intra-onusiens qui pourraient faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre.

Bernard Weissbrodt

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×