Hamster jovial rencontre Bison futé à Interlaken

La délégation française de corvée de vaisselle. swissinfo.ch

Ils sont arrivés des quatre coins d'Europe. Plus de 1500 scouts sont réunis dans l'Oberland bernois pour le camp «Eurolife.01». Ils sont entrés en Suisse par les villes frontières de Bâle, Buchs, Bellinzone et Genève, avant de rejoindre Interlaken.

Ce contenu a été publié le 27 juillet 2001 - 14:14

Ils s'appellent hamster jovial ou bison futé, chantent et se donnent la main autour du feu. Ils portent la chemise et le foulard. La tradition est bien là, à Interlaken. L'ouverture et le mélange culturel aussi. Le village «Eurolife.01» accueille plus de 1500 scouts venus de 24 pays européens.

Toujours prêts et solidaires

Des dizaines de tentes sont dressées dans la plaine qui s'étend du Lac de Thoune au Lac de Brienz. «Nous avons déplacé des tonnes de matériel. Des toiles, des tubulures, des aliments, raconte le responsable du camp, Christophe Hanser. Les 400 membres du staff ont fait preuve d'enthousiasme pour tout préparer avant l'arrivée des 1200 participants.»

Autre mot d'ordre dans le monde scout: la solidarité. Corvées de vaisselle, cuisine, montage des tentes: chacun participe. Le principe est aussi appliqué au niveau financier. Le prix de participation au camp est fixé en fonction du Produit national brut du pays d'origine.

1987: la révolution des scouts suisses

La tradition est donc toujours respectée. Mais une grande partie des groupements européens se sont ouverts. Et notamment le Mouvement Scout de Suisse. «Nous sommes devenus de plus en plus laïques», commente Stéphane Guinchard, de l'équipe média.

Et les Suisses ont également marqué l'histoire du scoutisme... En 1987, les filles et les garçons ont fusionné. «Le mouvement suisse est l'un des plus novateurs dans ce domaine-là, se réjouit Stéphane Guinchard. Aujourd'hui, nous sommes tous réunis au sein d'un même mouvement et c'est notre force.»

Après l'ouverture officielle du camp jeudi, les participants ont reçu, vendredi, la visite de l'ancien conseiller fédéral Adolf Ogi. Et le président de la Confédération Moritz Leuenberger est attendu le 1er août pour une allocution à l'occasion de la fête nationale.

Alexandra Richard

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article