Navigation

Hommage au grand bâtisseur lausannois Alphonse Laverrière

Jusqu’au 24 octobre, les Archives de la construction moderne à Lausanne rendent hommage à Alphonse Laverrière qui a laissé des marques profondes dans la capitale vaudoise par ses réalisation monumentales.

Ce contenu a été publié le 28 septembre 1999 - 10:43

Jusqu’au 24 octobre, les Archives de la construction moderne à Lausanne rendent hommage à Alphonse Laverrière qui a laissé des marques profondes dans la capitale vaudoise par ses réalisation monumentales.

Alphonse Laverrière (1872 – 1954) est né à Carouge, dans le canton de Genève. Il a suivi les cours de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. En 1901, il s’installe à Lausanne où il devient immédiatement une véritable «bête de concours», remportant de grandes commandes tant privées que publiques.

Parmi ses réalisations, on peut citer notamment les culées et le tablier du pont Chauderon (1901), l’Hôtel de la Paix et la Gare (1908), l’Hôtel Terminus (1910), le Tribunal Fédéral en 1913 (photo), l’immeuble Rumine-Bellefontaine (1925) ou encore le Jardin botanique (1937).

L’élégance monumentale de ses réalisations a valu à Alphonse Laverrière de nombreuses commandes en Suisse, dont le Monument international de la Réformation à Genève, en 1908. Il s’est vu confier la première Exposition nationale d’art appliqué à Lausanne, en 1922 et la section suisse de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes à Paris en 1925.

(SRI avec les agences)

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?