Cinq types d’avions en lice pour intégrer l’armée suisse

Les jours sont désormais comptés pour les 54 Tiger et les 30 FA-18 de l'armée suisse. Keystone

L’armée suisse est à la veille d’une bataille délicate pour le renouvellement de ses Forces aériennes. Cinq types d’avions figurent parmi les candidats potentiels. Il n’est pourtant pas certain que le peuple – qui avait rejeté en 2014 le Gripen dans les urnes – puisse se prononcer sur le choix du modèle.

swissinfo.ch/sj avec les agences

Après la défaite subie dans les urnes le 18 mai 2014, l’armée suisse repart à l’attaque. A l’époque, 53,4% des votants avaient rejeté l’achat de 22 Gripen pour un montant total de 3,1 milliards de francs. Les jets suédois, qui étaient encore en phase de développement à l’époque, étaient censés remplacer les anciens Tiger T-5.

La situation est aujourd’hui très différente, a souligné le ministre de la Défense Guy Parmelin la semaine dernière devant la presse. Le gouvernement fédéral a en effet fixé une enveloppe maximale de 8 milliards de francs pour l’acquisition de nouveaux avions de combat et d’un nouveau système de défense sol-air.

Une nécessité

Le ministre a souligné la nécessité de l'achat de nouveaux jets pour garantir la neutralité et protéger la population. «La situation mondiale et européenne reste incertaine. On ne sait pas ce qui adviendra ces 10 à 20 prochaines années», a-t-il déclaré.

Il faut une flotte moderne et une défense sol-air digne de ce nom, selon le ministre. D'ici 2025 à 2030, les avions et le système actuel ne seront plus utilisables. Une nouvelle prolongation de la durée de vie des FA/18 n'est techniquement pas possible, a affirmé Guy Parmelin. Le Conseil fédéral a aussi écarté l'idée de reporter l'achat, d'y renoncer ou de recourir à des drones.

Le Conseil fédéral n'a toutefois pas pris de décision définitive concernant la nouvelle esquadrille appelée à remplacer l'actuelle flotte de 54 Tiger et 30 FA-18. Le département de la Défense a été chargé d'étudier plusieurs variantes jusqu'en février 2018. Voici les cinq types de jets qui devraient entrer en lice pour cette acquisition:

Vote pas certain

L'achat pourrait passer par un arrêté de planification indiquant le but de l'achat et la facture maximale de 8 milliards de francs, qui serait soumis au référendum facultatif. Une révision de la loi sur l'armée précisant les moyens nécessaires à la défense de l'espace aérien pourrait aussi permettre au peuple de se prononcer.

Mais, parmi les autres variantes, figurent aussi la procédure sans scrutin ou celle d'un référendum sur le type d'avions. Une votation ne devrait dans tous les cas pas intervenir avant 2020, selon Guy Parmelin.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article