Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Il faut protéger les piétons

Démonstration organisée par l'ATE ce mercredi au stade de Suisse à Berne.

(Keystone)

La sécurité est un critère important lors de l'achat d'une voiture. Elle ne doit pas se limiter à celle des occupants, affirme l'association transport et environnement.

De grands progrès ont certes été réalisés ces dernières années pour minimiser les séquelles lors de collisions. Mais les piétons ont été oubliés.

Une meilleure conception des voitures pourrait réduire la gravité des blessures de ceux-ci lors d'accident.

Pour pousser les constructeurs à améliorer leurs véhicules, l'Association transports et environnement (ATE) mise sur le pouvoir des consommateurs.

Au cours d'un colloque organisé mercredi à Berne, l'ATE a notamment demandé que les acheteurs d'une nouvelle voiture soient sensibilisés et informés sur la sécurité vis-à-vis des autres usagers de la route.

Elle recommande également l'introduction d'une étiquette qui précise le degré de protection des piétons.

Des solutions existent

Ces mesures sont saluées par Jacqueline Bachmann, directrice de la Fondation pour la protection des consommateurs qui co-organise ce colloque avec le bureau de prévention des accidents (bpa) et le groupe de travail pour la mécanique des accidents.

Les consommateurs qui veulent acheter de manière responsable ont besoin d'une information claire et indépendante, souligne Jacqueline Bachmann.

Pour l'heure, quatre nouveaux véhicules sur cinq sont jugés de très mauvais à insuffisant en matière de protection des piétons, révèle le classement de l'organisation Euro NCAP présenté par l'ATE dans un communiqué.

Pourtant les solutions pour améliorer la sécurité existent: partie frontale de la voiture basse et souple, capots qui se soulèvent en cas de collision et airbags extérieurs.

Une sécurité intérieure optimale

Et Stefan Siegrist du bpa de rappeler que des automobiles plus sûres permettraient de réduire de deux tiers le nombre de blessés graves et de morts.

De nombreuses mesures ont déjà été prises pour protéger les occupants des véhicules, note l'ATE. Selon les tests d'Euro NCAP (European New Assessment Programme), la sécurité intérieure est évaluée à plus de 80% comme bonne, voire optimale.

D'ailleurs, le nombre de morts dus à la circulation a reculé de 17% au premier semestre 2006 par rapport à la même période de l'an dernier.

Les piétons ne bénéficient en revanche pas de cette tendance favorable. Les mesures prises lors de la construction d'une voiture pour réduire les séquelles des victimes sont toujours négligées.

Selon la dernière statistique du bpa Vingt-cinq piétons ont perdu la vie lors des six premiers mois de l'année, soit un de plus qu'une année auparavant.

swissinfo et les agences

Faits

Les statistiques 2005 sur le nombre de morts sur les routes (source bpa):
409 morts (dont 178 occupants de véhicules et 69 piétons)
26'754 blessés (dont 14'457 occupants de véhicules et 2'354 piétons)

Fin de l'infobox

Portrait de l'ATE

L' Association Transports et environnement (ATE) oeuvre depuis 1979 en faveur d'une mobilité intégrant l'être humain et la protection de l'environnement. Pour parvenir à ses objectifs en matière de politique des transports durable, l'ATE préconise des atteintes minimales à l'environnement, un usage parcimonieux de l'énergie et une réduction des transports inutiles.

Dans le passé, l'ATE s'est engagée en faveur de la redevance poids-lourds liée aux prestations (RPLP) et du financement d'importants projets ferroviaires (NLFA, Rail 2000, FTP).

Par le biais de l'initiative « Rues pour tous", l'ATE est également parvenue à faciliter l'aménagement de zones à 30km/h dans les quartiers d'habitation.

Forte de 126'000 membres, l'ATE est la deuxième association de transports de Suisse, après le Touring-Club Suisse (TCS).

Fin de l'infobox


Liens

×