Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Internet à la Bibliothèque nationale

Il faut créer de nos jours des salles de lecture virtuelles.

(Keystone)

La Bibliothèque nationale suisse entreprend d’archiver des publications en ligne de manière durable, pour les générations futures.

Ce projet pilote, réalisé avec les éditeurs Karger à Bâle et Stämpfli à Berne, vise à rendre accessibles toutes les publications suisses sur Internet.

Gardienne du patrimoine national, la Bibliothèque nationale suisse (BN) a pour mandat officiel de conserver et de mettre à disposition du public toutes les publications de Suisse et sur la Suisse.

Or, Internet révolutionne le monde de l’édition. Le nombre de publications en ligne ne cesse de croître dans le monde entier. Mais, les systèmes évoluant en permanence, comment les conserver à long terme, de manière à ce qu’elles restent accessibles aux générations à venir?

C’est un défi que, de concert avec les éditeurs Karger et Stämpfli, la Bibliothèque nationale suisse entend relever aujourd’hui avec e-Helvetica.

Deux poids lourds de l’édition

Elena Balzardi est responsable du projet à la Bibliothèque nationale: «Nous commençons avec ces deux éditeurs commerciaux, car ils publient tous deux sur Internet et sont sur le marché de l’édition scientifique depuis les années 20.»

Ce sont en effet les plus renommés de Suisse. Karger AG, à Bâle, édite des ouvrages de médecine et de science, tous disponibles également sous forme électronique depuis 1998.

Stämpfli Verlag AG, à Berne, est spécialisé dans le droit et les sciences politiques, avec plusieurs revues et collections publiées sous forme imprimée comme sous forme digitale.

Autrement dit, la BN possède déjà l’intégralité des publications de Karger et Stämpfli depuis plus de quatre-vingts ans. C’est la continuité de ce savoir qui est préservé.

Intégrer des documents volatiles

Le grand problème est de parvenir à élaborer une procédure de prise en charge et de traitement permettant l’archivage à long terme des publications commerciales en ligne.

«La difficulté est que la longueur de vie des publications électroniques est très courte, très volatile, beaucoup plus que celle des ouvrages sur papier», poursuit Elena Balzardi.

Concrètement, toutes les publications numériques doivent être stockées dans un ordinateur géant en unifiant les formats de lecture.

En effet, ces derniers changent en permanence, Internet ne cesse d’évoluer et l’archivage à long terme est d’autant plus difficile qu’un document numérique ne peut, comme un livre, se prendre en main n’importe quand.

Il s’agit de mettre sur pied un processus d’intégration de ces documents numériques qui soit automatisé au maximum.

«Les publications sur papier, on les reçoit par poste, on les catalogue, on les stocke dans nos magasins et on peut les consulter via l’adresse de notre catalogue», compare la responsable d’e-Helvetica.

Objectif 2006

La fin de la phase pilote est prévue pour l’année prochaine. Ensuite, la collaboration s’étendra à d’autres éditeurs dans le but de recevoir si possible toutes les publications commerciales suisses en ligne, et de les conserver durablement à la BN.

Ce qui devrait être fait d’ici à 2006. «C’est comme le lancement d’une nouvelle Bibliothèque nationale, s’enthousiasme Elena Balzardi, un événement comparable à la création de la BN en 1895!»

E-Helvetica cultive les synergies avec les Archives fédérales, les bibliothèques nationales des autres pays, les bibliothèques cantonales et les universités afin de maintenir les coûts les plus bas possible.

Matériellement, le projet est doté de moins de 500'000 francs pour l’instant. Il emploie cinq personnes qui se partagent trois postes.

Numériser les publications existantes

D’autre part, la BN procède à la numérisation de publications sur papier. C’est le cas des affiches et de publications particulièrement fragiles à manipuler.

Mais aussi de publications libres de droits. En effet, explique Elena Balzardi, «le problème, c’est que beaucoup de documents sont encore protégés par des droits d’auteur et ne peuvent être mis à la disposition de tous via Internet».

swissinfo, Isabelle Eichenberger

En bref

- La Bibliothèque nationale a pour mandat de conserver et de mettre à disposition du public toutes les publications de Suisse et sur la Suisse.

- Elle veut archiver également les publications sur Internet de manière durable.

- e-Helvetica, le projet pilote, associe Karger à Bâle et Stämpfli à Berne, deux éditeurs commerciaux spécialisés dans les publications scientifiques.

- Le problème est d’intégrer des documents virtuels et de les archiver à long terme dans un ordinateur géant.

- A l’issue de la phase pilote en 2005, l’ensemble des publications virtuelles suisses seront archivées à la BN d’ici à 2006.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×