Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Japan Tobacco s'attaque à l'UE de Genève

La réception de Japan Tobacco International à Genève.

(Keystone Archive)

JT International SA regroupe, à Genève, les activités internationales de Japan Tobacco. Aujourd'hui, celui-ci déclare la guerre à l'Union européenne qui vient de décider de restreindre la production, les ventes et la publicité sur les cigarettes en Europe.

En mai 1999, Japan Tobacco rachetait au groupe américain RJR Nabisco pour 4,9 milliards de dollars ses activités internationales dans le domaine des cigarettes.

Genève servait déjà de centre névralgique à RJR Nabisco pour toutes les décisions touchant à la vente de ses marques Camel, Winston et Salem, en dehors des Etats-Unis.

Son nouveau propriétaire Japan Tobacco - le numéro un japonais du tabac - continue à faire de la Suisse le cœur de ses opérations à l'extérieur de l'archipel.

Mais son président Katsuhiko Honda s'élève aujourd'hui contre une nouvelle loi de l'Union européenne des plus restrictives pour l'industrie de la cigarette. Katsuhiko Honda prépare une action en justice qui sera lancée, en juillet prochain, pour obtenir la révocation de cette disposition légale.

«Cette loi anti-tabac est d'une sévérité sans précédent. Elle aura un effet désastreux sur nos affaires en Europe. Or, nous venions d'obtenir la protection de nos marques et les autorisations nécessaires pour leur commercialisation», souligne Katsuhiko Honda.

Chez Japan Tobacco, l'on ne cache pas que le choix de Genève comme centre de ses activités en Europe ne facilite pas ses rapports avec l'Union européenne. Bruxelles se doute que ce sont des raisons fiscales qui ont incité le groupe japonais à maintenir sa filiale JT International en Suisse.

Cette nouvelle loi anti-tabac a été votée en mai au moment où Japan Tobacco développait une nouvelle stratégie internationale. Celle-ci prévoit, entre autres, la production en Allemagne de ses marques japonaises Mild Seven et Mild Seven Light.

Or, à partir de 2003, l'Union européenne interdira l'utilisation des mots «mild» et «light» sur les paquets de cigarettes.

A Genève, JT International SA a réalisé des résultats satisfaisants depuis son rachat par Japan Tobbaco. L'an dernier, son chiffre d'affaires, avant impôts, s'est élevé à 4,9 milliards de dollars, en recul de 1,5% par rapport à 1999.

D'ici 2004, le groupe japonais entend accroître ses ventes de cigarettes à l'étranger de 205 milliards d'unités à 224 milliards.

«Japan Tobacco restera, sans doute, à Genève. Surtout s'il entame une action en justice contre l'Union européenne. Le prix qu'il a payé, en1999, pour la reprise du secteur international de RJR Nabisco avait été considéré comme trop élevé. Par ailleurs, sa diversification en dehors du tabac ne dépasse pas 8% de son chiffre d'affaires contre 40% pour Philip Morris», déclare un analyste de UBS Warburg à Tokyo.

Georges Baumgartner, Tokyo

×