Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Jean-Luc Godard à Cannes: éloge du mot juste

De gauche à droite: Bruno Putzulu, Cécile Camp et Jean-Luc Godard, mardi à Cannes

(Keystone)

La presse internationale a réservé un accueil mesuré à la projection, ce mardi, à Cannes, du nouveau film de Jean-Luc Godard, en compétition pour la Suisse - JLG est double national, la co-production l'est aussi.

Fil, opéra, poème? Eloge de l'Amour est, une nouvelle fois, une œuvre inclassable. Un film reprenant quelques-unes des obsessions du réalisateur: parler SUR et non parler de, entendre, voir, décrypter.

A l'origine du projet, est-il dit dans le film, il y avait une histoire. On n'en croit pas un mot : cela fait longtemps que Godard n'a plus ce désir si tant est qu'il l'ait réellement éprouvé un jour. Alors quoi? Une non-histoire, collage, juxtaposition, superposition, « déchronologie » des événements l'emportent.

Avec, pour thème central (l'amour est en périphérie) celui de la résistance. Résistance française, résistance à la guerre du Vietnam (une citation), à l'art, aux livres (nombreux) et aux Américains, JLG feignant d'oublier que ce sont tous d'ex-Européens. C'est donc un film portant essentiellement sur la mémoire que signe JLG.

Peu d'amour porté à l'écran, juste un mot, de préférence «le mot juste»: «action et réaction, le plus vieux couple de l'histoire», «pas de paix sans justice», «je t'aime et je t'ai, mais puisque je t'ai, je n'ai pas besoin de te revoir».

La première partie de cet «Eloge de l'Amour», tourné à Paris, est en noir et blanc. Images superbes, d'une beauté qui enflamme le regard, et contrastent singulièrement avec les images en couleur fixées en vidéo, en Bretagne. Images de très piètre qualité technique, quelle déception !

Pourquoi Eglantine et Perceval (deux jeunes gens) se sont-ils quittés? «Eloge de l'amour» ne répond pas à la question, se contentant d'affirmer que si les gens ont le courage de vivre leur vie ils n'ont pas celui de l'imaginer. CQFD? (Avec Bruno Putzolu, Cécile Camp, Jean Davy. Guest-stars: Françoise Vierny, Remo Forlani, Jean-Henri Roger et Jean Lacouture).

Patrick Ferla, Cannes

×