Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Jeux d'hiver 2010: la locomotive Zurich tire le train des Grisons

Le CIO veut des villes porte-drapeau de renommée internationale.

(Keystone)

Après Berne-Montreux en début de semaine, c´était jeudi au tour de Zurich-Grisons de vanter les mérites de sa candidature olympique pour les Jeux d'hiver 2010. Avec comme atout principal la renommée internationale de la cité des bords de la Limmat.

Dans la journée de jeudi, les responsables des deux candidatures ont déposé leur dossier à Berne, où l'Association olympique suisse va les examiner en vue de son verdict, attendu le 17 janvier 2001. La task force qui pilote le projet Zurich-Schwytz-Grisons a profité de la date pour se présenter à la presse, simultanément à Zurich et à Coire.

Pour Gérard Jenni, directeur exécutif de cette task force, c'est le poids de Zurich qui fera la décision. Les deux échecs de Sion et le succès de Turin ont bien montré que le CIO veut des villes porte-drapeau de renommée internationale. Et dans ce domaine, Zurich ne craint ni Berne ni Montreux.

Pour le reste, les deux candidatures mettent en avant leur souci du développement durable, en misant essentiellement sur les installations existantes. Mais Zurich - prévue pour accueillir les cérémonies d'ouverture et de clôture et le tournoi de hockey sur glace - aurait tout de même besoin d'une nouvelle patinoire et d'une transformation du Hallenstadion.

Le village olympique serait à Coire, les épreuves nordiques à Einsiedeln et les autres réparties entre quatre zones des Grisons, dont on souligne au passage l'expérience et l'excellence qui en font la première région touristique du pays. Quant au budget d'investissement, il est avec 220 millions de francs presque le double de celui de Berne-Montreux.

Au vu des sommes demandées aux pouvoirs publics, un vote populaire sera nécessaire au moins aux Grisons. Or, le peuple vient justement d'y refuser un crédit de 7 millions pour les prochains championnats du monde de ski alpin.

Le précédent n'inquiète pas outre mesure Gérard Jenni. «Pour ces championnats du monde, personne n'avait pris la peine d'expliquer les enjeux aux citoyens. Ils n'ont pas aimé l'idée d'investir des fonds cantonaux dans une région qui est déjà la plus riche des Grisons. Ici, nous leur montrerons que les Jeux vont profiter à tout le canton», précise le directeur de la task force.

Marc-André Miserez

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×