Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

JO-3: Les rêves de Brigitte McMahon-Huber

Brigitte McMahon, du maillot au vélo...

(Keystone)

Brigitte McMahon-Huber avait offert à la Suisse l’unique médaille d’or lors des Jeux olympiques de Sydney en 2000.

Dans la capitale grecque, la triathlète zougoise ne veut pas se mettre trop de pression. Elle envisage le meilleur comme le pire. Rencontre.

Sydney, 16 septembre 2000: le triathlon fait son apparition dans le programme olympique. Pour le plus grand bonheur des Suissesses. Brigitte McMahon-Huber franchit la ligne d’arrivée en tête et Magali Messmer grimpe sur la plus petite marche du podium.

Une olympiade plus tard, des deux héroïnes helvétiques, la médaillée d’or est la seule à faire le voyage d’Athènes. Pour une sombre affaire de règlement (cf. article sur le même sujet), Magali Messmer (devenue Di Marco) a été évincée par Swiss Olympic.

Classée au 26e rang de l’actuelle Coupe du monde, Brigitte McMahon-Huber (37 ans) ne figure, elle, pas parmi les favorites. Elle n’en rêve pourtant pas moins d’exploits dans la mythique cité grecque.

Accompagnée de Nicole Spirig, seconde représentante féminine suisse de la discipline, la triathlète de Baar, qui fut championne de Suisse de natation sur 100m et 200m dos en 1990, a fait de ce rendez-vous quadriennal son objectif majeur. Interview.

swissinfo: Brigitte McMahon, que représente pour vous cette seconde aventure aux Jeux olympiques?

Brigitte McMahon-Huber: Cette nouvelle participation a été l’objectif majeur de ces quatre dernières années. Il m’a accompagné presque tous les jours et a accaparé toute ma concentration.

Sydney a été en effet un moment inoubliable. Le public incroyablement nombreux et enthousiaste lors de la compétition a créé une ambiance fabuleuse. Je garde également en mémoire l’atmosphère dans le village olympique et les nombreuses rencontres que j’y ai faites.

swissinfo: A Athènes, vous défendez votre titre. Quelles sont vos ambitions sportives?

B. M.-H.: Je désire à nouveau réaliser une course optimale. En fonction de cela, je me laisse volontiers surprendre par le résultat. Je n’oublie pas qu’en triathlon, les situations de course et la chance jouent un grand rôle.

Ainsi, une performance de choix ou un classement loin derrière les meilleurs sont souvent très proches l’un de l’autre. Néanmoins, je pense que si tout se passe bien, tout est possible…

swissinfo: Vous l’avez dit, ces Jeux ont été pour vous l’objectif principal de ces quatre dernières années. Comment vous y êtes-vous préparée?

B. M.-H.: En premier lieu, il a fallu glaner les points nécessaires lors de compétitions définies à l’avance pour être sélectionnée. Passé ce cap, j’ai suivi un plan de route pour arriver en forme au moment opportun.

Actuellement, tout gravite autour de cette échéance. Mais la préparation n’est guère différente d’une autre compétition, si ce n’est que l’organisation, eu égard à la dimension de la manifestation, est quelque peu particulière.

swissinfo, Raphael Donzel

Faits

Ses principaux résultats:
Membre de l’équipe de Suisse de natation de 1986 à 1992
Championne de Suisse de natation sur 100m et 200m dos en 1990
Membre de l’équipe de Suisse de triathlon depuis 1995
Médaillée d’or aux Jeux olympiques de Sydney en 2000

Fin de l'infobox

En bref

- Le triathlon (1,5 k de natation, 40 km de vélo et 10 km de course) aura lieu dans la région de la municipalité de Vouliagmeni, au sud d’Athènes.

- Cinq triathlètes suisses ont été sélectionnés (Brigitte McMahon-Huber et Nicole Spirig chez les dames, Olivier Marceau, Sven Riederer et Reto Hug chez les messieurs)

- Les épreuves de triathlon se dérouleront le 25 (dames) et le 26 aout (messieurs).

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×