Joseph Deiss veut renouer le dialogue politique avec Londres

Joseph Deiss reconnaît des «carences» dans les relations entre la Suisse et la Grande-Bretagne. Keystone Archive

Le ministre suisse des affaires étrangères a inauguré, jeudi, trois ans d'activisme helvétique en Grande-Bretagne.

Ce contenu a été publié le 22 novembre 2001 - 21:23

En 2000, le parlement adoptait le concept «Présence Suisse». Cette organisation doit promouvoir à l'étranger une image «actuelle, positive et attrayante» de la Suisse selon les termes du «rapport sur la politique extérieure 2000».

Son premier objectif fut les Etats-Unis après la débâcle des controverses autour du rôle de la Suisse durant la seconde guerre mondiale. Le deuxième pays ciblé est aujourd'hui la Grande-Bretagne.

Des carences criardes

Les relations politiques entre les deux pays sont «sans problème», explique l'ambassadeur suisse en Grande-Bretagne Bruno Spinner. «Car il n'y a pas de relations. Nous ne sommes pas un partenaire potentiel pour la Grande-Bretagne», regrette-t-il.

Joseph Deiss reconnaît des «carences» dans les relations entre la Suisse et la Grande-Bretagne. Il les impute, «peut-être», d'une part à un manque d'intérêt britannique et d'autre part à un manque de volonté helvétique.

Le ministre des affaires étrangères ne va pas jusqu'à parler d'absence. Pour lui, les relations avec le Royaume-Uni se font par le canal et l'intermédiaire des relations avec l'Union Européenne.

La popularité suisse mise à mal

Joseph Deiss se souvient de ses études à Londres il y a une trentaine d'années ans. Il en regrette la fermeture d'un "centre suisse" qui à l'époque travaillait à faire connaître le pays.

Ces carences sont une des raisons du choix de Présence Suisse de centrer son action sur la Grande-Bretagne pour les trois prochaines années convient le conseiller fédéral.

Un dernier «détail qui tue». Pour cette opération Présence Suisse en Grande-Bretagne, l'ambassade a commandé un sondage sur la popularité helvétique.

Selon les résultats, les politiciens britanniques de tendance centre-droite connaissent un peu la Suisse, ceux de tendance centre-gauche encore moins ou pas du tout. Le parti au pouvoir aujourd'hui en Grande-Bretagne est le Labour de Tony Blair, officiellement de gauche, et à tendance...centre gauche.

Gaetan Vannay, Londres

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article