Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Journée des réfugiés célébrée dans 200 localités suisses

Des membres de l'OSAR et des réfugiés à la gare de Zurich où un dôme en bambou a été érigé.

(Keystone)

Des milliers de personnes ont profité de la 22e Journée nationale des réfugiés samedi pour rencontrer d'autres cultures à l'occasion du 50e anniversaire de la Convention de Genève sur le statut des réfugiés.

Les organisateurs, une douzaine d'œuvres d'entraide et d'organismes, plaident pour la compréhension et le respect des habitants du pays vis-à-vis des réfugiés et pour un renforcement de la Convention de Genève sur le statut des réfugiés.

Dans un message de salutation adressé aux organisateurs de la journée, la conseillère fédérale Ruth Metzler a estimé que les questions de migration devaient être traitées impérativement. «Nous ne devons pas fermer les yeux devant la réalité», a écrit la ministre de la Justice.

La Suisse doit être prête à se confronter au phénomène de la migration et au destin des réfugiés, a aussi déclaré Ruth Metzler dans son message. La Journée des réfugiés renforce la solidarité. «Leur espoir de vivre chez nous en paix se superpose à notre volonté d'assurer la protection et la sécurité de nos semblables», a expliqué la conseillère fédérale.

L'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) ainsi que d'autres oeuvres d'entraide ont organisé des manifestations et des fêtes dans 200 villes et communes de Suisse.

Le hall de la gare de Zurich a constitué le centre de la journée de samedi. Un dôme de bambou de 12 mètres de haut, servant de lieu de rencontre, y avait ainsi été érigé vendredi déjà.

A Berne, c'est la Place fédérale qui a servi de lieu de rencontre et proposé nombre d'excursions culinaires.

Cette journée a également été fêtée notamment à Bâle, Lucerne, Zoug et St-Gall.

En parallèle, l'OSAR a envoyé sur les routes du pays 250 jeunes Suisses accompagnés de 250 jeunes réfugiés pour leur faire vivre le quotidien d'une personne en fuite. Par petits groupes, les participants devront rallier Berne depuis les quatre coins de la Suisse.

En chemin, ils seront confrontés à des passeurs et des gardes-frontières. Ils devront se procurer des papiers d'identité et tenter de déposer une demande d'asile. Dimanche, ils pourront participer à des ateliers où seront approfondis les thèmes de l'exil et de la fuite.

L'OSAR a rappelé que quelque 50 millions de personnes sont en fuite dans le monde en raison de la guerre, de la pauvreté ou des catastrophes naturelles, dont la moitié dans leur propre pays.

L'autre moitié fuit à l'étranger, dont 95% dans un pays voisin du tiers monde. A peine 5% des réfugiés cherchent asile en Europe ou aux Etats-Unis. En Suisse, il y a onze réfugiés pour 1000 habitants.

L'OSAR va lancer une récolte de signatures pour demander que les principes de la Convention de Genève sur les réfugiés soient garantis.

La convention a été adoptée le 28 juillet 1951 et signée par quelque 140 Etats. Elle constitue la base du système de protection internationale des réfugiés et établit notamment le principe du non-refoulement pour les personnes en danger dans leur pays.

swissinfo avec les agences


Liens

×