Navigation

Journée mondiale contre le foie gras: sensibiliser la population

Des voix s'élèvent contre le gavage des canards et des oies et contre la vente de foie gras, comme ici lors d'une manifestation à Lausanne en 2018 (archives). KEYSTONE/LAURENT GILLIERON sda-ats
Ce contenu a été publié le 25 novembre 2020 - 13:00
(Keystone-ATS)

Les Suisses sont de gros consommateurs de foie gras, avec 200 tonnes importées par an, selon QUATRE PATTES. A l'occasion de la Journée mondiale contre le foie gras le 25 novembre, l'organisation souhaite sensibiliser la population aux conditions de production.

A travers sa campagne "La cruauté n'est ni gourmande, ni festive. #StopFoieGras", l'organisation mondiale de protection des animaux QUATRE PATTES a pour objectif d'informer le public sur la production de foie gras et de l'encourager à s'interroger sur sa propre pratique, a indiqué l'organisation mercredi. A l'approche des fêtes, la campagne souhaite mettre en avant "le contraste entre l'image festive et raffinée du foie gras et la brutalité de sa production".

QUATRE PATTES affirme que la pratique du gavage, "indissociable" de la production de foie gras, est une "véritable torture" pour les canards et les oies. Gavés jusqu'à trois fois par jour, avec un apport alimentaire équivalent de douze kilos de spaghettis pour une personne, selon l'association, les animaux ne peuvent plus respirer ou se mouvoir correctement et le tube introduit dans leur oesophage "cause des blessures, parfois mortelles".

Les animaux sont entassés dans des cages et privés de "leurs besoins fondamentaux", comme accéder à un point d'eau ou se déplacer librement, écrit encore QUATRE PATTES. L'organisation souhaite que l'importation de foie gras soit interdite en Suisse, alors que le gavage y est prohibé depuis 1978: "Il est plus que temps d'abolir ce double standard".

Partager cet article