Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Kloten et Cointrin contraints à mettre la sourdine

Les logements d'au moins 55 000 riverains des deux aéroports devront être équipés de fenêtres antibruit.

(Keystone Archive)

Les aéroports civils seront soumis dès le 1er juin à des règles plus sévères en matière de bruit. Les logements riverains devront être équipés de nouvelles fenêtres et les zones non constructibles vont s'étendre. Les exploitants des aéroports de Cointrin et Kloten ne ménagent pas leurs critiques.

L'aéroport de Genève et Unique Zurich Airport ont déploré la décision du Conseil fédéral qui a privilégié l'environnement aux considérations économiques et financières

Ainsi, Unique Zurich Airport a déploré l'absence de coordination européenne en matière de limites de bruit. «Les nouvelles valeurs adoptées par la Suisse et l'application du principe du pollueur-payeur peuvent entraîner des distorsions de la concurrence, car voler en Suisse va revenir plus cher qu'à l'étranger».

«Unique» va ainsi atteindre le deuxième rang en Europe pour ce qui concerne le montant des taxes prélevées sur les passagers, derrière Londres-Heathrow, souligne Lukas Haessig, porte-parole de l'aéroport de Kloten.

«Nous sommes à la limite du supportable», a-t-il déclaré. La taxe sur le bruit de 3,50 francs perçue depuis début avril pourrait ainsi approcher les 10 francs, selon les premières estimations.

Le groupe Swissair est, lui aussi, déçu que le Conseil fédéral ait choisi la variante la plus sévère en fixant les valeurs limites pour le bruit des aéroports civils.

Il faut dire que le Conseil fédéral a revu mercredi à la baisse les valeurs limites contenues dans l'ordonnance sur le bruit. Désormais, la valeur limite diurne dans les zones d'habitations sera désormais de 60 décibels au lieu de 65.

Elle ne devra pas être dépassée, en moyenne annuelle, entre 06 h 00 et 22 h 00. De minuit à 05 h 00, les vols restent interdits. De 22 h 00 à 23 h 00, la valeur a été fixée à 55 décibels. Jusqu'à minuit et de 05 h 00 à 06 h 00 le bruit ne devra pas dépasser 50 décibels.

Les habitants des environs de Cointrin et Kloten seront mieux protégés contre les nuisances sonores. Les logements d'au moins 55 000 riverains des deux aéroports devront être équipés de fenêtres antibruit, dont la grande majorité à Zurich.

Mais l'impact le plus important des nouveaux seuils réside dans l'interdiction de construire de nouveaux logements là où le bruit est supérieur aux valeurs limites de nuisance, a souligné le conseiller fédéral Moritz Leuenberger devant la presse. Les zones concernées seront nettement plus larges qu'actuellement.

A Genève, les communes de Meyrin, Vernier, Versoix, Genthod, Bellevue et du Grand-Saconnex sont directement concernées. Les conséquences pour l'aéroport de Bâle-Mulhouse, situé en territoire français, ainsi que les aérodromes régionaux de Lugano-Agno et Berne-Belp, situés en zones faiblement habitées, ne devraient pas être importantes.

Par contre la facture s'annonce lourde pour Kloten et Cointrin: 2,3 milliards de francs. Environ 300 millions de francs, dont 81 millions pour Genève, sont imputables aux mesures de protection acoustique nécessaires.

Les deux milliards restants, dont 535 millions pour Genève, correspondent aux dédommagements consentis pour perte de valeur des biens immobiliers.

Ces montants doivent en principe être couverts par le responsable du bruit, à savoir l'aéroport. Pour Kloten, ces coûts pourraient être amortis en 15 ans en les répercutant sur le prix des billets (taxe supplémentaire de 7 francs), estime le Département fédéral des transports (DETEC).

Suite à une décision du Tribunal fédéral (TF) du 8 décembre, le Conseil fédéral a dû revenir sur les normes qu'il avait fixées l'an dernier. Le TF a en effet donné raison aux communes limitrophes de Kloten qui demandaient que soient revus le schéma d'isolation phonique et le cadastre d'exposition au bruit.

Dans son arrêt, le TF a en outre admis le bien-fondé des conclusions de la commission fédérale pour l'évaluation des valeurs limites. Celle-ci avait déterminé en 1998 des seuils sur la base de la loi sur la protection de la population. Souhaitant un compromis avec les aéroports, le Conseil fédéral avait assoupli les valeurs proposées.

Signalons qu'une décision a été bien accueillie par l'aéroport de Genève et Unique Zurich Airport: il s'agit du renouvellement de la durée de 50 ans des nouvelles concessions.

swissinfo avec les agences


Liens

×