Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'économie suisse a dépassé son pic

La consommation privée va continuer de servir de moteur.

(Ex-press)

Selon les dernières prévisions de l'institut de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale (KOF), la croissance devrait atteindre 2,8% en Suisse en 2007. Une baisse est attendue pour l'an prochain.

Pour 2008, le KOF corrige en effet ses estimations à la baisse mais table toujours pour une croissance solide de 1,9% malgré le déclin envisagé des exportations.

L'institut zurichois révise à la hausse sa prévision de croissance pour 2007 de 2,4 à 2,8% et abaisse dans le même temps celle attendue pour l'an prochain de 2,5 à 1,9%.

Les taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) vont progressivement fléchir d'ici fin 2007, à mesure que les exportations se tasseront et que la construction stagnera.

La consommation privée constituera le pilier du phénomène, a précisé vendredi à Zurich Jan-Egbert Sturm, directeur de centre de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

PIB et loyers

Pour 2009, le KOF table sur une hausse du PIB de 2%. Pour l'année en cours, tout comme l'an prochain, les chercheurs zurichois n'attendent pas de hausse généralisée des prix, malgré le renchérissement du pétrole et des loyers.

Les prix à la consommation devraient augmenter de 0,6% en 2007, de 1,2% l'an prochain et de 0,9% en 2009. Une évolution qui reflète essentiellement les hausses de loyers qui pourraient atteindre 3% ces prochains trimestres, à la suite des relèvements des taux hypothécaires.

Centre de recherches conjoncturelles

Le Centre de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (KOF) publie l'une des prévisions économiques les plus ...

Embellie pour l'emploi

Dans un tel contexte de stabilité des prix, le récent resserrement de la politique monétaire de la Banque nationale suisse (BNS) aura sans doute été le dernier du cycle actuel. La bonne santé de l'économie ne restera pas sans effet en matière d'emploi.

Les enquêtes et indicateurs disponibles laissent désormais apparaître une forte demande de main d'œuvre. Et pour la première fois depuis la dernière période de haute conjoncture, soit vers 2000, un manque en la matière est à nouveau mentionné comme obstacle à la production.

Le taux de chômage va donc poursuivre son repli, pour s'établir à 2,7% cette année et 2,2% en 2008. Il devrait atteindre son plus bas niveau au premier semestre de l'an prochain pour remonter ensuite à 2,5% jusqu'à fin 2009.

Légère baisse de rythme

De manière générale, l'économie mondiale va poursuivre sa vigoureuse expansion, même si l'accroissement du PIB marquera un léger ralentissement. Une baisse de rythme essentiellement due à l'évolution de l'économie américaine, sans que cette dernière ne tombe toutefois en récession, explique Jan-Egbert Sturm.

La correction observée sur le marché américain de l'immobilier, et l'agitation des marchés financiers qui l'a suivie, ne restera pas sans conséquences sur la consommation des ménages d'outre- Atlantique.

Mais en dépit des incertitudes boursières, les autres régions de la planète continueront de bénéficier d'un environnement favorable.

Les répercussions économiques consécutives aux remous affectant les places financières restent donc limitées, d'autant plus que les banques centrales ont réagi à temps et avec détermination en injectant des liquidités.

USA, zone euro et Japon

Reste qu'aux Etats-Unis, les perspectives sont modérées du fait de la détérioration des conditions de financement et de son impact sur les dépenses des ménages.

Dans la zone euro, la bonne conjoncture va se maintenir, à la faveur du regain d'activité en matière d'investissements et de l'amélioration sur le front de l'emploi.

L'économie japonaise devrait pour sa part continuer à se stabiliser en raison de perspectives d'investissements favorables.

swissinfo et les agences

Comparaison des prévisions (2007/2008)

KOF

2007: + 2,8%
2008: + 1,9%

Seco (Secrétariat d'Etat à l'économie)

2007: + 2,3%
2008: + 1,9%

UBS

2007: + 2,6%
2008: + 2,3%

BAK (Basel Economics)

2007: + 2,7%
2008: + 2,3%

BNS (Banque nationale suisse)

2007: + 2,5%

Fin de l'infobox

PIB (Produit intérieur brut)

Le PIB mesure la performance de l'économie nationale au cours d'une année. C'est la mesure la plus large de l'activité économique menée sur territoire national.

Il mesure la production totale des biens et services produits en Suisse pour autant qu'ils ne soient pas consommés pour en produire d'autres.

Et ne tient pas compte de la nationalité des entreprises qui produisent ces biens et services en Suisse.

Fin de l'infobox


Liens

×