Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'économie virtuelle prête à redécoller

Faire ses achats sur Internet n'est pas encore totalement passé dans les moeurs.

(swissinfo.ch)

Internet fait à nouveau rêver les investisseurs. Les cours d'Amazon, de Yahoo ou d’eBay ont explosé en Bourse ces derniers mois.

En Suisse, le secteur est dans l'attente, mais les premiers signes d'une reprise sont déjà palpables.

Au Nasdaq, la Bourse américaine des valeurs technologiques, le prix de l'action du géant du e-commerce Amazon a triplé depuis le début de l'année. La société internet Yahoo et le site de ventes aux enchères eBay ont quant à eux quasiment doublé.

Face à cette flambée, de nombreux observateurs parlent déjà d'une nouvelle «bulle», qui ne demanderait qu'à exploser, prélude à un nouvel effondrement.

Jean-Dominique Pinget, cofondateur et analyste chez le prestataire d'informations financières TheScreener.com à Nyon, conteste fermement cette façon de voir.

«On n'est pas du tout dans le même cas de figure qu'il y a trois ans. A l’époque, le marché payait très cher des idées et des promesses. Aujourd'hui, les sociétés qui ont bien remonté sont celles qui affichent des bénéfices et une croissance des ventes», explique l’analyste.

Et de constater que le phénomène n’est pas purement américain. En Europe aussi, les valeurs internet ont bondi durant les derniers mois.

Seuls les meilleurs ont survécu

Directeur de l'Institut de l'entreprise de l'Université de Neuchâtel, Sam Blili abonde dans le même sens.

«Au moment de l'éclatement de la bulle technologique, il y a eu une hécatombe, mais les meilleurs ont survécu. Les bases sont désormais saines. On ne peut pas échauder deux fois les investisseurs», note ce professeur de commerce électronique.

Sam Blili met en avant «le fantastique levier que représente Internet pour le marketing.» Loin d'être enterrée, la nouvelle économie est de son point de vue en plein développement et «on n'a jamais cessé de progresser dans cette technologie.»

Les résultats des «dotcom» américaines montrent clairement que le secteur est en plein rebond outre-Atlantique.

La Suisse aura sa part

«Il faudra en revanche attendre une bonne année, au mieux six mois, pour que la Suisse suive le mouvement», estime Pascal Rossini, conseiller en stratégie e-business chez Net1Avenue, l’entreprise qu'il a fondée.

«Pour l'heure, les entreprises calquent plus ou moins leurs budgets sur ceux de l’an dernier. Elles ont nettement réduit leurs investissements, quand elles n'ont pas externalisé la gestion de leur site web», fait remarquer Pascal Rossini.

Pour lui, Internet devrait drainer davantage d'argent dès la fin 2004.

Associé chez WnG Solutions à Lausanne, une start-up active dans la réalisation de sites Internet, Stéphane Wyssa affirme lui avoir déjà ressenti un regain d'activité.

Selon lui, «les entreprises sont un peu moins froides, et il y a un début de mouvement.» Mais Stéphane Wyssa attend également le vrai rebond dans le courant de l'an prochain.

Pour l'heure, sa société doit encore s'activer à convaincre ses clients de l'importance d'Internet.

Publicité en hausse

Sur le plan des contenus et des activités effectives des sites Internet, les choses bougent également.

Stéphane Pictet, patron de l'entreprise vaudoise virtual network, qui possède notamment Romandie.com, constate que la publicité online a augmenté cette année de 10 à 30%.

«De manière générale, il y a une amélioration certaine de la confiance en ce média, dont le rôle est désormais reconnu», commente Stéphane Pictet.

Côté achats en ligne en revanche, la tendance reste très partagée. «Personne ou presque ne vit que du commerce online en Suisse. C'est une activité annexe», note le patron de virutal network.

En effet, l'internaute acheteur a de plus en plus tendance à se diriger vers les grands noms, qui sont devenus de véritables marques. Comme Amazon, précisément.

swissinfo et Philippe Gumy, ats


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.