Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'édition littéraire sur le mode virtuel

Michaël Perruchoud.

En 2002, des amis passionnés de littérature créent un site Internet pittoresquement appelé «Cousu Mouche».

Cette maison d'édition en ligne publie aujourd'hui feuilletons, BD, nouvelles, pièces de théâtre... Une aventure numérique racontée ici par son initiateur, l'écrivain genevois Michaël Perruchoud.

Il cherchait un nom pour sa troupe de théâtre. Il l'a trouvé lors d'une soirée bien arrosée, en faisant appel à Tintin. Dupond et Dupont lui ont alors soufflé leur expression favorite: «motus et bouche cousue». Il l'a reprise en la retournant. Le vin ayant produit son effet éthylique, ce fut «cousu mouche».

Depuis, l'aventure théâtrale s'est transformée en aventure éditoriale numérique. La troupe a donc légué son nom à la maison d'édition en ligne de Michaël Perruchoud, née en 2002 à la suite d'un échange de mails entre ce dernier et un chansonnier québécois, Sébastien G. Couture.

«On s'envoyait lui et moi des lettres électroniques sous forme de mini-pièces de théâtre rabelaisiennes, raconte Perruchoud. Des amis nous ont alors conseillé de les mettre sur Internet pour lecture. Notre site s'est donc ouvert avec un feuilleton littéraire diffusé à raison de deux épisodes par semaine».

Cent quarante quatre épisodes et une année plus tard, «cousumouche.ch» est devenu un «groupe de gens divers et variables aux idées diverses et variables», dit le site en exergue de sa page d'accueil.

«Joyeux bordel»

Cette diversité, Perruchoud l'appelle ludiquement «joyeux bordel». S'y côtoient plusieurs rubriques: nouvelles, BD (écrite notamment par l'ami québécois Sébastien G. Couture), feuilletons, chroniques satiriques, pièces de théâtre...

En somme, une petite bibliothèque numérique que Perruchoud espère enrichir au fil du temps sans pour autant garantir la pérennité de son entreprise. «Sur le Net, tout évolue très vite. Si dans cinq ans le site n'a plus d'intérêt on le fermera et on fera autre chose», lâche-t-il sans état d'âme.

Pour le moment, cette question ne le préoccupe pas. Ce qui l'intéresse, ce sont les projets immédiats: l'introduction sur le site d'une rubrique réservée au conte pour enfants, avec paroles et musique. «A ce niveau-là, il y a de la demande», observe-t-il.

Gratuit!

Comment rester concurrentiel sur un marché électronique ouvert à tous les vents? «En ce qui nous concerne, la question ne se pose pas en ces termes, répond Perruchoud, car nous fonctionnons selon le principe de gratuité. Les téléchargements ne sont pas payants sur notre site. L'essentiel pour nous, c'est d'élargir, autant que faire se peut, le champ de lecture et de toucher aussi un public jeune habitué à lire sur écran.»

Le site compte à ce jour deux cents cinq abonnés (l'abonnement est gratuit) et 1400 amateurs qui le visitent sporadiquement. Parmi eux, des Suisses bien sûr, mais aussi des Français, des Québécois...

«Il y a même une école à Buenos Aires qui utilise nos nouvelles pour ses classes», indique Michaël Perruchoud. Lequel dispose d'un comité de lecture pour sélectionner les textes reçus. «Ce sont surtout de jeunes auteurs qui nous envoient leurs écrits», poursuit-il.

Pour ceux qui n'affectionnent pas particulièrement les lectures en ligne, «Cousu Mouche» a eu la bonne idée de s'associer avec un éditeur fribourgeois «Faim de siècle». Ce dernier publie des livres en dur que notre interlocuteur vend sur son site.

«Il s'agit de romans, précise Perruchoud. Nous en faisons la promotion, mais leur lecture n'est pas accessible sur écran». Elle le sera peut-être sur un e-book, si un jour «Cousu Mouche» se laisse tenter par les démons du marché et décide de faire payer les téléchargements.

swissinfo, Ghania Adamo

Michaël Perruchoud

Né en 1974, il suit d'abord des études de sciences politiques à l'Université de Genève.

Plus tard, il touche au roman, au théâtre et à la chanson.

En collaboration avec le bédéiste canadien Sébastien G. Couture, il lance en 2002 le site «Cousu Mouche» consacré à plusieurs formes d'expression artistique et littéraire.

Grand amateur d'Histoire, il écrit son premier roman historique, «Crécelle et ses brigands».

D'autres textes suivront, parus chez l'éditeur lausannois l'Age d'homme: «Poil au temps», «Passagère» et tout récemment «La Pute et l'insomniaque».

Michaël Perruchoud est également l'auteur de plusieurs épisodes de «Bébert au Bistrot», une BD que l'on peut lire sur le site de «Cousu Mouche».

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×