Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'époque des traditionnels wagons-restaurants est révolue

Il faudra désormais se déplacer pour pouvoir se sustenter.

(swissinfo.ch)

L'arrivée des nouveaux trains à deux étages sur la ligne Genève-St-Gall entraîne la suppression des fameuses voitures-restaurants. Elles sont désormais remplacées par des wagons-bistrots tendance self-service. Les passagers regrettent déjà le bon vieux temps. Et le personnel trinque.

«J'ai entendu à la radio ce matin que les voitures-restaurants seraient supprimées, dès dimanche, sur la ligne St-Gall-Genève, lance Agnès. J'ai donc décidé de venir boire un dernier thé».

Depuis plusieurs années, cette retraitée emprunte chaque vendredi cette ligne pour visiter sa famille. «Je m'installe très souvent dans le wagon-restaurant. J'y rencontre toujours quelqu'un pour partager un bout du voyage».

C'est vrai, les voitures-restaurants favorisent les échanges. D'autant qu'elles sont souvent bondées. C'est d'ailleurs le cas ce vendredi sur le tronçon Fribourg-Genève.

Une fois de plus, les voyageurs sont appelés à partager leur table avec les derniers arrivés. Mais, cette fois, il règne une ambiance toute particulière dans notre fameuse voiture-restaurant.

«C'est véritablement la fin d'un rituel pour moi, confie Marc. Depuis bientôt trois ans j'emprunte ce wagon pour aller travailler. Un café, un coup d'œil aux journaux et je me retrouve à Lausanne. J'ai toujours eu l'impression que le parcours était moins long dans une voiture-restaurant».

Une autre façon de passer le temps ou un instant de convivialité. Chaque voyageur y va de son argument pour vanter les mérites de ces bistrots ambulants. C'est la fin d'une époque.

Certains s'interrogent. Et d'autres s'insurgent carrément. Personne n'est indifférent à la fin programmée des traditionnels wagons-restaurants. Et encore moins le personnel qui y travaillait.

«Ça fait dix ans que je sers sur cette ligne, soupire Vera Guerreiro. Certains clients n'avaient même plus besoin de passer leur commande. Je connaissais leurs habitudes».

Et d'ajouter: «je fais mon dernier voyage, moi aussi. Je n'ai pas du tout envie de me retrouver derrière un bar à débiter des boissons de façon anonyme».

Mais Vera n'est pas seule à quitter le métier. «Pour ma part, j'ai été licencié, affirme Fernando Da Silva. C'est d'ailleurs le cas pour plusieurs employés romands de la société Passaggio Rail qui exploite les wagons-restaurants».

Et Fernando de poursuivre: «c'est logique, avec le nouveau système prévu dans les trains à deux étages, il n'y aura plus qu'un employé derrière le bar. Alors que nous étions, jusqu'à aujourd'hui, deux ou trois pour assurer le service sur la ligne».

La société Passaggio Rail relativise. Elle affirme que 95% des employés conservent leur emploi. Et elle s'insurge contre ceux qui prétendent que les nouveaux horaires des CFF ont signé la morts des wagons-restaurants.

«Ces voitures rouleront sur d'autres lignes, affirme Philippe Stocker, de la société Passaggio Rail. C'est vrai, sur l'axe Saint-Gall-Genève, elles seront effectivement remplacées par des voitures-bistrots. Mais nos employés continueront de servir une partie de la clientèle, selon leur disponibilité».

En réalité, à l'image de ce qui ce fait dans les TGV français, les nouveaux wagons-bistrots seront équipés d'un buffet. Et la tâche principale de l'employé consistera à réchauffer les mets et à les servir à la clientèle qui viendra les commander au bar.

C'est, en tout cas, ainsi que ça se passe dans les voitures-bistrots qui sont en service, depuis une année déjà, sur la ligne Berne-Zurich.

«C'est vrai, il y a un problème, confesse Jean-Louis Scherz, porte-parole des CFF. Le contrat passé avec l'entreprise Passaggio Rail stipule que les voitures-bistrots à deux étages combinent le self-service en bas avec le service à l'étage. Et nous sommes en négociation pour que cette close soit entièrement respectée».

Et Jean-Louis Scherz de conclure: «les gastronomes pourront continuer de faire le trajet Genève-St-Gall par le pied du Jura (via Neuchâtel-Fribourg). Les nouveaux trains pendulaires ICN, qui entrent en fonction dimanche, conservent les anciennes voitures-restaurants».

Vanda Janka

×