Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'équipe suisse Phonak et ses rêves de première division

Le manager de Phonak Jean-Jacques Loup (à gauche) et le directeur sportif Jacques Michaud.

(swissinfo.ch)

Au calendrier du team Phonak, le Tour de Romandie est une épreuve importante. D'ailleurs, cette équipe suisse de seconde division désire s'y illustrer de manière probante. Pour pouvoir, dans un futur proche, figurer parmi l'élite du cyclisme mondial.

La philosophie de l'équipe suisse Phonak est saine et tient en une phrase: qui va lentement va sagement. Fondée l'an dernier et sponsorisée par le groupe industriel d'appareils auditif basé à Stäfa, l'équipe progresse de manière régulière sous la férule du duo Jacques Michaud (directeur sportif) et Jean-Jacques Loup (manager). Elle s'est donnée jusqu'en 2005 pour appartenir au gotha du peloton.

S'il ne désire pas brûler les étapes, le groupe mise sur une progression constante. Phonak augmente chaque saison sa participation financière (cette année le budget de l'équipe est de 3 millions). Le contingent s'étoffe.

L'effectif de cette année est ainsi passé de treize à seize coureurs (dix Suisses, deux Français, un Autrichien, un Danois, un Allemand, un Biélorusse). Et, avant le Tour de Romandie, Phonak pouvait se targuer d'un début de saison prometteur (quatre victoires UCI et une sur le plan national).

Un bilan conforme aux attentes et aux objectifs de saison. Certes, classée en deuxième division, l'équipe Phonak n'a pas eu accès aux grandes classiques disputées lors du mois d'avril. Mais cela ne devrait plus tarder

«En 2002, l'Union cycliste internationale et le conseil professionnel ont accepté de gonfler la première division de huit équipes l'an prochain, soit d'en accepter trente. Phonak est conscient qu'il ne faut pas manquer ce train-là. L'objectif est de profiter de notre élan pour figurer parmi l'élite l'an prochain», admet le directeur sportif de Phonak, Jacques Michaud.

Les ambitions ont un prix et des conséquences. Pour mener à bien cet objectif, les dirigeants de Phonak devront savoir convaincre quelques coureurs confirmés de rejoindre leurs rangs.

«Nous avons des coureurs qui ont beaucoup progressé mais cela ne suffit pas pour militer parmi les meilleurs. Nous devrons obligatoirement changer nos cadres et accueillir de nouveaux leaders, mieux classés dans la hiérarchie mondiale. Une seule chose est sûre, des Suisses figureront encore dans le contingent. Nous voulons être un débouché pour les jeunes coureurs prometteurs de notre pays», conclut le manager de l'équipe, Jean-Jacques Loup.

Mathias Froidevaux, Pfaffnau


Liens

×