Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'œil écoute et l'oreille voit en l'abbatiale de Payerne

Hymne à l'automne (1942), de Otto Wilhelm Ernst Nebel. (Musée de Payerne)

Une belle et intéressante exposition de peinture abstraite se décline en musique, dans l'abbatiale de Payerne, jusqu'au 1er septembre. Miro, Kandinsky et 36 autres artistes exposent quelque soixante-dix oeuvres.

En première mondiale, le 27 mai, en l'abbatiale de Payerne, le pianiste genevois François Godard interprétera les œuvres musicales du peintre américain, Mark Tobey. Qui a vécu à Bâle et qui, dans son atelier, jouait tous les jours du piano à queue, sans en écrire la musique. Godard avait pris soin d'enregistrer Tobey.

Cet événement étaye parfaitement la démarche artistique de cette exposition. Marier la peinture et la musique dans un même élan religieux. Autour d'une peinture libérée du fatras de la réalité.

Dès son entrée, le visiteur est, en effet, envahi par de la musique: des compositions contemporaines ou des pièces du répertoire classique. Il est ainsi emmené vers la peinture abstraite d'une quarantaine d'artistes. En pleine force de l'âge ou déjà disparus.

Jean-Pierre Jornod, critique d'art et commissaire de l'exposition, nous parle de ces coups de cœur. Pour le peintre Alfred Manessier qu'il décrit comme «un artiste à la peinture majestueuse qui reflète le sacré». Ou encore pour André Lanskoy «qui fait de ses toiles de véritables vitraux».

Mais pourquoi une exposition de peinture abstraite? «Elle se marie mieux avec la musique, nous répond Jean-Pierre Jornod. Elle interpelle le visiteur, le provoque et éveille en lui sensations et sentiments. Et le conduit vers une dimension spirituelle».

«D'ailleurs, tient à souligner Jean-Pierre Jornod, la peinture et la musique possèdent le même langage: harmonie, tonalité, cadence et rythmes». On peut donc bel et bien parler de symphonie des couleurs en l'abbatiale de Payerne.

Car, selon le commissaire, «les arts tout comme nos sens (vue, ouïe, toucher) ne peuvent être dissociés. «Lorsque vous vous arrêtez devant une toile, vous entendez de la musique. Quand vous écoutez une musique, vous en avez une vision».

Absence d'anecdote sur la toile pour atteindre nos paysages intérieurs, tel est le but suprême vers lequel tend cette exposition en l'abbatiale de Payerne.

Précision de taille: les tableaux ne sont pas accrochés aux murs de l'abbatiale. Ils sont à 30 cm de la paroi, comme suspendus dans l'espace. L'air circule tout autour. «De la sorte, les toiles me semblent plus musicales».

«C'est en fait l'abbatiale qui nous a imposé ce type d'accrochage, précise Jean-Pierre Jornod. Car, au demeurant, ses cimaises ne sont pas faites pour des tableaux. Et encore moins, a priori, pour des peintures abstraites».

C'est à la suite de l'incendie survenu en 1987 dans le musée de Payerne que l'abbatiale de la cité a été mise à contribution pour des expositions. A partir de là, Payerne a vu grandir sa notoriété culturelle. «Peinture et musique» est un nouveau voyage dans l'art et le sacré.

Emmanuel Manzi

Portes ouvertes de 10h à 12h et de 14h à 18h.


Liens

×