Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'Art nouveau à Gingins, avant fermeture

La Fondation Neumann, dans le village vaudois de Gingins.

(foundation-neumann.ch)

L'avant-dernière exposition de la Fondation Neumann à Gingins, dans le canton de Vaud, est dédiée à l'art du tournant du siècle, comme l'ensemble de la collection Neumann.

Avant-dernière, car la Fondation, ouverte en 1994, ne survivra pas à l’année 2004.

C'est décidé, ou presque: la Fondation Neumann à Gingins, seul musée de Suisse dédié à la période 1900, fermera ses portes à la fin de cette année. La raison: un mécénat trop lourd à assumer pour la seule Vera Neumann, qui avait créé cette fondation en hommage à son époux décédé, Lotar Neumann.

Tous deux d'origine tchèque, ils avaient rassemblé une riche collection d'affiches pacifistes, puis d'œuvres d'Art nouveau, de céramique et de verrerie, mais également de peintures, sculptures et dessins d'artistes de la mouvance expressionniste.

L'espoir qu'un nouveau mécène reprenne le flambeau se faisant mince, la Fondation s'est résolue à annoncer la fin prochaine de ses activités, au terme de dix années consacrées à l'organisation d'expositions, parfois en partenariat avec des musées étrangers.

Deux manifestations donnent encore au public l'accès à la grange du château de Gingins. Alors que la dernière sera consacrée aux verreries d'Emile Gallé, la première, ouverte jusqu'au 15 août, se veut un florilège de la collection et met en évidence le caractère privé de celle-ci.

«De Munch à Tiffany»

Des pièces de mobilier, signées Edouard Colonna ou Emile Gallé, évoquent une atmosphère intime.

La vitrine-bibliothèque de Colonna, le clou de l'exposition, arbore ses lignes sobres, son ornementation très stylisée, d'inspiration végétale. Elle contient ici des objets représentatifs du style Art nouveau et des revues de l'époque comme Pan ou Ver Sacrum.

Une galerie de portraits féminins révèle un autre penchant des collectionneurs. Dans ces tableaux de Ferdinand Hodler, Franz von Stuck ou Edgar Maxence, les traits de la femme se font purs, linéaires, le regard voilé, comme tourné vers de mystérieuses songeries.

La tendance expressionniste et socialement engagée est incarnée par les sculptures d'Ernst Barlach (1887-1938), artiste bien plus connu dans les régions germaniques, par celles de Käthe Kollwitz (1867-1945), son aînée et amie, par une sculpture rare (il n'en créa que quatre) d'Egon Schiele, un autoportrait.

Enfin, une section éblouissante est réservée aux lampes Tiffany. Le verrier new-yorkais Louis Comfort Tiffany est l'auteur d'une nouvelle conception de l'art industriel.

Ses lampes aux verres chatoyants, porteurs de motifs animaliers (paon, araignée) et d'éléments végétaux (de la racine à la corolle), illustrent les avancées de la fée électricité.

Aux verres des abat-jour, manière de vitraux, répond le travail des pieds de lampe en bronze. Raffinement esthétique et mise en évidence de la souffrance représentent les deux versants de la passion des collectionneurs, fascinés par les aspirations à la beauté et les tourments de l'homme.

swissinfo, Laurence Chauvy

En bref

- La Fondation Neumann, à Gingins, ouverte au public en 1994, fermera vraisemblablement ses portes à la fin de l’année.

- D’ici-là, deux expositions sont encore à découvrir:

- «De Munch à Tiffany, Lumière sur la collection Neumann» est à voir du 4 mars au 15 août 2004.

- Puis «Verreries d'Emile Gallé, de l'œuvre unique à la série», du 2 septembre au 12 décembre 2004.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×