Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'environnement n'est toujours pas idéal pour la santé en Suisse

Graphique Environnement et Santé.

(swissinfo.ch)

Préserver l'environnement tout en améliorant l'état de santé de la population, c'est le credo des autorités suisses. Huit ans après le Sommet de Rio, elles entendent plus que jamais décloisonner deux secteurs jusqu'ici peu enclins

Rio 1992. Le sommet de la Terre est placé sous le signe du développement durable. Pour qu'il ne débouche pas uniquement sur une liste de bonnes intentions, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) invite ses membres à élaborer des plans d'action nationaux qui associent les notions de santé et d'environnement.

La Suisse fait le pas et lance le Plan d'action «environnement et Santé» (PAES). Il a pour objectif de promouvoir une nouvelle alliance - celle de l'environnement et de la santé - mais aussi un nouveau concept. En résumé, la protection de l'environnement n'est plus seulement une affaire de nature mais elle concerne aussi directement le bien-être humain.

Concrètement, le plan d'action s'est fixé des objectifs afin que, d'ici 2007, les Suisses puissent vivre plus sainement et dans un environnement mieux préservé. Mais pour mesurer l'impact de cette action, encore fallait-il définir la situation actuelle.

Désormais, c'est chose faite. A la demande de l'Office fédéral de la santé publique, l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Bâle a procédé à une évaluation de divers domaines concernés, l'habitat, la mobilité et la nature.

Et, à en croire les experts, il reste beaucoup à faire pour remplir les buts fixés. A titre d'exemple, plus de 51 pour cent de la population non-fumeuse est toujours exposée à la fumée sur le lieu de travail, alors que le PAES ambitionnait un taux de 0 pour cent en l'an 2000.

Autre constat, les Suisses souffrent particulièrement de la pollution engendrée par le trafic motorisé alors que, dans le pays, les deux tiers des déplacements sont inférieurs à 5 kilomètres. Le Plan d'action «Environnement et Santé» veut donc favoriser les déplacements à bicyclette et faire grimper le taux d'utilisation des deux roues de 7 pour cent aujourd'hui à 14 pour cent en 2007.

Mais le PAES s'intéresse aussi aux assiettes des Helvètes. Il souhaite les inciter à consommer plus de produits du terroir, des légumes de saison et, surtout, des produits biologiques. Actuellement, la culture biologique ne représente que 7 pour cent de la surface agricole suisse. Le Plan d'action voudrait le voir passer à 30 pour cent d'ici 2007.

Reste encore à convaincre la population et les autorités du bien fondé de ces objectifs d'autant qu'aucune campagne de promotion spécifique n'est envisagée.

Pour mettre en œuvre ses objectifs, le PAES mise surtout sur des projets de proximité développés dans des localités. Des budgets de 200 000 à 250 000 francs par an sont d'ailleurs prévus pour soutenir ce type d'entreprise.

Des pourparlers sont également en cours avec des régions pilotes pour qu'ells fassent de l'habitat, de la mobilité ou de la nature un point fort de leur politique.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×