Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Personnage extrêmement influent Eduardo Cunha a fédéré les secteurs les plus conservateurs du Parlement, avant d'être suspendu de ses fonctions en mai (archives).

KEYSTONE/AP/ERALDO PERES

(sda-ats)

L'ancien président de la chambre des députés brésiliens, Eduardo Cunha, a été condamné jeudi à 15 ans et quatre mois de prison pour corruption. Il a été l'artisan de la destitution controversée de l'ex-présidente de gauche Dilma Rousseff.

La décision du juge anti-corruption Sergio Moro a été annoncée par le parquet de Curitiba (sud), dans le cadre de la vaste enquête sur le réseau de pots-de-vin au sein du géant pétrolier Petrobras. Ses avocats entendent faire appel mais leur client restera en prison en attendant.

M. Cunha, membre du Parti du Mouvement démocratique brésilien (PMDB, centre droit) de l'actuel président Michel Temer, qui a succédé fin août à Mme Rousseff, avait été arrêté en octobre 2016. Tout puissant il y a encore quelques mois, il avait été suspendu le 5 mai de ses fonctions de président de l'Assemblée par le Tribunal suprême fédéral (STF).

Ce député évangélique ultra-conservateur de 58 ans était accusé d'avoir "menti" à ses pairs. Il avait nié être le titulaire de comptes bancaires en Suisse, alimentés par des millions de réais correspondant à des pots-de-vin versés en marge de contrats de Petrobras à l'étranger, selon les enquêteurs.

Personnage extrêmement influent ayant fédéré les secteurs les plus conservateurs du Parlement, M. Cunha a incarné l'aile dure du PMDB.

ATS