Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'Hôtel de «la petite Gilberte» ouvre à nouveau ses portes

Gilberte Montavon était une confidente pour les soldats.

Courgenay (JU) a célébré samedi la réouverture de son Hôtel de la Gare. C'est là que «la petite Gilberte» a réconforté des milliers de mobilisés durant la 1e Guerre mondiale.

En 1914, au début de la guerre, Gilberte Montavon a 18 ans. Elle est l'un des cinq enfants de Gustave Montavon, qui tient à cette époque l'Hôtel de la Gare.

L'endroit est fréquenté par des centaines de soldats qui gardent la frontière, surtout des militaires originaires de Suisse alémanique. Gilberte, qui sait les rassurer et les réconforter, devient très vite une figure très populaire parmi les troupes qui stationnent dans l'Ajoie.

La jeune fille est d'autant plus appréciée qu'elle est la seule à parler le dialecte alémanique. Elle a en effet séjourné durant un an outre Sarine, afin d'y apprendre la couture.

L'histoire aurait pu en rester là. Mais Gilberte Montavon est immortalisée le 11 octobre 1917 par une chanson du barde uranais Hanns In der Gand.

«La petite Gilberte de Courgenay», dont le refrain est en français et les couplets en dialecte alémanique, connaît un succès retentissant à partir de la fin des années 30, en pleine époque de «défense spirituelle» face aux menaces nazies.

Ce chant, qui célèbre la jeune fille qui «connaît trois cent mille soldats et tous les officiers», est rapidement fredonné par des milliers de Suisses. Cette renommée se traduit aussi par un roman, une pièce de théâtre et même un film où le rôle de Gilberte est interprété par l'actrice zurichoise Anne-Marie Blanc (1941).

Après son mariage, Gilberte Montavon s'installe à Zurich, où elle succombe à un cancer en 1957. Le mythe continue toutefois de jouir d'une grande popularité en Suisse alémanique.

L'hôtel avait été vendu en 1997 à la Banque cantonale du Jura, suite à la faillite des derniers propriétaires. Un an plus tard, l'Association «Gilberte de Courgenay» a été créée pour sauver ce lieu de mémoire. Aujourd'hui, c'est mission accomplie. Les admirateurs de «la petite Gilberte» peuvent à nouveau effectuer leur pèlerinage.

Pour marquer l'événement, Courgenay organise ce week-end un festival de musique populaire et folklorique. Quelque 800 musiciens venus de tout le pays y participent. Le programme a été concocté par Jean-Claude Gigon, ancien animateur de l'émission «Le kiosque à musique» de la Radio Suisse Romande. Un événement folklorique de cette importance est une première en Suisse.

Olivier Pauchard


Liens

×