L'image et le son débarquent sur les mobiles

Le son et l'image donneront une nouvelle dimension aux SMS. www.nokia.ch

Profitant du boom des SMS, les opérateurs suisses espèrent que les nouveaux services MMS relanceront le marché de la téléphonie cellulaire.

Ce contenu a été publié le 30 mars 2002 - 16:59

Au commencement étaient les SMS (Short Message Service), ces petits textes de 160 caractères que l'on tape laborieusement sur les touches du téléphone portable. Puis vinrent les EMS (Enhanced Message Service), des SMS agrémentés de petits dessins en noir/blanc et de sonneries.

Dès cet été fleuriront les MMS (Multimedia Messaging Service) qui ajouteront au texte des images animées en couleurs et du vrai son. Avec ce nouveau produit, les opérateurs comptent répéter le succès des SMS.

Hausse de 160%

En 2001, Swisscom, Orange et Sunrise ont géré environ 3,7 milliards de messages courts, ce qui correspond à une hausse de 160% en un an. L'engouement est général puisque, selon la GSM Association, plus de 30 milliards de SMS sont envoyés chaque mois dans le monde.

C'est suite à ce boom que les fabricants ont développé un nouveau format, le MMS. La nouvelle norme GPRS (désormais en fonction chez les trois opérateurs suisses) va servir de vecteur pour de nouveaux services multimédias mobiles, car elle permet d'accroître le débit de transmission des données sur le réseau.

L'utilisateur pourra, par exemple, envoyer et recevoir des cartes postales numériques, sonores et animées sur son mobile. Vous narguerez ainsi vos amis en leur expédiant, pratiquement en temps réel, la photo couleur de la plage paradisiaque de vos vacances, agrémentée de vos commentaires.

Mais pour cela, il faudra posséder la dernière génération de téléphones mobiles qui disposent de la fonction MMS. «En 2002, plus de la moitié des cellulaires vendus par Nokia seront équipés du MMS», promet le fabricant finlandais. Son rival suédois Ericsson annonce ses appareils pour le deuxième semestre.

Enjeu stratégique

Même si personne ne l'admet clairement, le monde de la téléphonie mobile mise sur le MMS pour relancer les ventes d'appareils mobiles et la consommation des clients. Mais, échaudés par le flop du WAP, les sociétés restent prudentes dans leurs prévisions.

«Nous allons avancer pas à pas, sans promettre monts et merveilles, pour voir comment réagit le public et quelle est sa demande», précise Lars Ljunggren, responsable chez Ericsson de l'introduction du MMS.

Les premiers services seront donc simples: échange de photos, informations diverses et jeux. Les applications plus commerciales viendront seulement si le succès est au rendez-vous.

Le MMS deviendra-t-il un marché de masse? Une enquête de HPI Research estime que 73% des utilisateurs actuels de SMS adopteraient les MMS. Mais son succès dépendra de sa simplicité d'utilisation et de son prix. Ce dernier point est la grande inconnue.

«L'utilisateur devrait être prêt à payer l'équivalent du coût d'une carte postale classique, avec son timbre, pour envoyer un MMS», estime Sunrise qui prévoit de lancer ce service cet été.

Reste aussi à savoir si les consommateurs seront disposés à acquérir un nouvel appareil. Les malheureux qui ne possèderont pas un téléphone compatible MMS ne recevront que le texte, sans l'image, ni le son.

swissinfo/Luigino Canal

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article