L'incertitude plane sur l'adhésion à l'ONU

swissinfo.ch

Les sondages sur l'entrée de la Suisse à l'ONU ne se ressemblent pas: mardi le oui semblait se renforcer, jeudi il paraît en recul et sème le doute.

Ce contenu a été publié le 21 février 2002 - 17:28

Le troisième coup de sonde que publient la radio et la télévision suisses romandes sera le dernier point de repère avant la votation du 3 mars. Les instituts d'enquête ont en effet pour pratique de ne plus rien publier dix jours avant la date d'un scrutin.

«Si vous deviez voter dimanche prochain, seriez-vous plutôt pour ou plutôt contre l'adhésion de la Suisse à l'ONU?» C'est la principale question posée entre le 13 et le 16 février par l'Institut MIS-Trend de Lausanne à 1 033 citoyens suisses romands et alémaniques.

Un oui encore plus fragile

Le dernier instantané de campagne fixe les positions: 54,2% de partisans de l'adhésion, 31,1% d'opposants, 13,4% d'indécis. Comparés aux pourcentages notés en décembre et janvier, ces chiffres montrent que le 'oui' recule de 3 points au profit du 'non' et du 'ne sait pas'.

Même en tenant compte d'une marge d'erreur d'environ 3%, il faut admettre la fragilité du oui. Et si l'on y ajoute la règle de la double majorité peuple-cantons, personne ne se risquera à prédire le résultat du vote.

Les détails du sondage confirment ce que chacun sait, c'est-à-dire que les Romands sont davantage favorables à l'adhésion que les Alémaniques (respectivement 61% et 52%) et que la principale objection des adversaires de l'ONU découle de leur perception de la neutralité suisse.

Objections au féminin

Ce dernier sondage met toutefois en évidence un effritement du oui dans l'électorat féminin. Ici, l'argument se veut plus proche du quotidien: l'adhésion coûtera cher par rapport au bénéfice qu'en tirera le pays.

Un autre sondage réalisé par l'Institut GfS pendant la même période à la demande de la télévision suisse alémanique donnait à peu près le même pourcentage de 'oui', mais en progression régulière depuis décembre. Et un 'non' stable à 37%.

D'ici au 3 mars, les pronostics iront probablement bon train. Partisans et adversaires de l'adhésion continueront d'alimenter les rubriques courrier et les pages annonces des quotidiens. Mais, avant ce dimanche fatidique, rien ne permettra aux uns comme aux autres d'annoncer que les jeux sont faits.

Bernard Weissbrodt

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article