Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'Initiative de Genève marque une pause

Instigateurs du plan de paix, l'ancien ministre israélien Yossi Beilin (g) et l'ex-ministre palestinien Yasser Abdel Rabbo.

(Keystone Archive)

La signature de l’accord de paix symbolique entre Israéliens et Palestiniens, prévue le 20 novembre à Genève, est reportée à une date indéterminée.

Les deux parties ont décidé d'attendre que le texte soit distribué dans tous les foyers.

Le lancement de l’Initiative de Genève planifiée pour le 20 novembre à Genève, avait pour objectif d'obtenir un engagement public de soutien au plan de paix élaboré par l'ancien ministre israélien Yossi Beilin et l'ex-ministre palestinien Yasser Abdel Rabbo.

L’événement, auquel devait participer l'ancien président américain Jimmy Carter, artisan des accords de Camp David, est donc différé. «Et la date définitive de la cérémonie n’est pas encore connue», a déclaré Alessandro Delprete, porte-parole du ministère suisse des Affaires étrangères.

L’intéressé confirme ainsi l'information publiée mercredi par le quotidien français «Le Monde», suite à une interview de Micheline Calmy-Rey, cheffe de la diplomatie suisse.

La conseillère fédérale s’exprimait sur le rôle de la Suisse dans le soutien à cette initiative. Elle précisait notamment que l'Initiative de Genève devait devenir «un texte de référence» pour la paix au Proche-Orient.

Des millions d’exemplaires

Le plan de paix symbolique, élaboré avec le soutien de la Confédération helvétique, est prévu pour être distribué à des millions de foyers israéliens et palestiniens.

Mais auparavant, ce document d'une cinquantaine de pages doit être traduit en hébreu, en arabe et en russe, puis imprimé à des millions d'exemplaires.

Selon «Le Monde», les deux parties, israéliens et palestiniens, ont préfère attendre la réalisation de ce travail avant le lancement officiel de la cérémonie.

Un projet onéreux

«Les parties recherchent un financement ad hoc pour la distribution du texte», a précisé Alessandro Delprete.

Il n'a pas voulu dire si la Suisse, qui, jusqu'à présent, a contribué à la logistique des rencontres qui ont abouti à l'Initiative de Genève, entendait participer à ce financement.

A défaut de soutiens gouvernementaux, l'impression et la distribution du projet d'accord seront financés par des personnes privées.

Une initiative controversée

Kofi Annan a salué mercredi soir l'Initiative de Genève. Le secrétaire général de l'ONU a souligné que ce projet était en harmonie avec les propositions des Nations Unies et respectait «la feuille de route».

Le gouvernement israélien, lui, est opposé à cet accord de paix symbolique. Il a d’ailleurs officiellement fait part à la Suisse de son mécontentement.

swissinfo et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.