Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'intérêt inquiet des Suisses de l'étranger

A l'annonce de l'éviction de Christoph Blocher, Socialistes et Verts manifestent leur joie.

(Keystone)

Suite au séisme politique de mercredi, la volonté de la droite nationaliste de faire de l'opposition active inquiète quant à la stabilité future de la Suisse, note Jacques-Simon Eggly. Interview.

Le président de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) estime qu'actuellement les membres de la diaspora suisse manifestent un intérêt croissant pour la vie politique de leur pays d'origine.

Longtemps député libéral (droite) au Parlement suisse, Jacques-Simon Eggly est depuis cet été président de l'Organisation des Suisses de l'étranger.

Le Genevois évalue l'impact du séisme politique de cette semaine sur la diaspora helvétique.

swissinfo: Quel effet peut avoir l'élection mouvementée du gouvernement sur la diaspora suisse?

Jacques-Simon Eggly : Il est peu tôt pour le dire avec certitude. Mais une chose est sûre: lors des consultations électorales, le vote des Suisses de l'étranger est souvent plus ouvert qu'en Suisse. On le constate par exemple avec les objets qui concernent l'Union européenne.

swissinfo: Savez-vous quel est le poids de l'UDC et de son aile blochérienne chez les Suisses de l'étranger?

J-S E : La proportion est moindre qu'en Suisse. Mais l'UDC fait un gros effort en direction de la diaspora. C'est par exemple le parti qui – de très loin – a présenté le plus de candidats issus de la 5ème Suisse aux dernières élections fédérales. Aucun d'entre eux n'a été élu, certes. Mais il ne fait aucun doute que les Suisses de l'étranger font partie des priorités de l'UDC.

swissinfo: La sensibilité des Suisses varie-t-elle selon les pays où ils résident?

J-S E : Difficile à dire. C'est d'ailleurs un de nos postulats que tous les cantons comptabilisent séparément le vote des expatriés. Actuellement, seul Genève, Vaud et Lucerne le font. Nous avons demandé à l'Etat fédéral d'inciter tous les cantons à le faire. Un tel décompte nous aiderait à augmenter la participation des Suisses de l'étranger aux élections et aux votations, une participation qui reste moindre que ce qu'elle est en Suisse même.

Sur les 650'000 Suisses recensés à l'étranger – dont les deux tiers sont double-nationaux – près de 115'000 sont inscrits comme électeurs. Et dans les cantons qui décomptent séparément leurs voix, on peut voir que leur participation atteint 30 à 40% lors des élections, et même plus lors des votations. S'agissant de référendums sur les questions européennes par exemple, elle peut dépasser celle des Suisses de l'ntérieur.

swissinfo: L'UDC a promis de jouer à fond son rôle d'opposition. Cela peut-il avoir un impact sur l'Organisation des Suisses de l'étranger et son Conseil?

J-S E : Non. La majorité des membres du Conseil (120 sur 140) sont des Suisses de l'étranger désignés par leurs organisations faitières. Ils représentent une communauté et une région, non un parti.

Nous comptons d'ailleurs baisser le nombre de membres du Conseil, tout en renforçant la proportion des Suisses de l'étranger. Nous voulons également mieux tenir compte du poids démographique de chaque communauté.

swissinfo : Plus mouvementée que par le passé, la vie politique helvétique intéresse-t-elle plus les Suisses de l'étranger?

J-S E : Je le pense. Mon impression est que les Suisses de l'étranger manifestent une curiosité croissante pour la politique suisse, mêlée d'une certaine inquiétude quant à la stabilité future du pays

Les Suisses de l'étranger remplissent parfois le rôle de porte-parole du pays, quand ils sont amenés à expliquer la culture politique de la Suisse et son principe de concordance. Dès lors que celle-ci est un peu secouée, ils peuvent se demander si la Suisse va finir par ressembler aux autres pays.

swissinfo: Quelles sont les initiatives en cours visant à renforcer la participation de la diaspora à la vie politique suisse?

J-S E : Le député Carlo Sommaruga a lancé une initiative parlementaire pour donner deux sièges à des députés expatriés élus par les Suisses de l'étranger. L'idée n'est pas simple à réaliser. Mais notre organisation entend bien participer à cette discussion au parlement. Car tout ce qui renforce la participation des Suisses de l'étranger à la vie politique nous tient à cœur.

L'autre grand projet est la mise en place du vote électronique. Nous sommes d'ailleurs extrêmement fâchés par la réaction de certain fonctionnaire de la Chancellerie fédérale qui prétendent qu'un tel dispositif ne pourra pas être mis en place avant 30 ans, alors que les cantons de Genève, Neuchâtel et Zurich sont déjà prêts pour offrir ce service.

Notre revendication est que le vote électronique soit disponible dans tous les cantons en 2011 pour les prochaines élections fédérales.

Interview swissinfo, Frédéric Burnand à Genève

Le vote des Suisses de l'étranger

Environ 111'000 Suisses de l'étranger sont inscrits sur les registres électoraux.

Seulement 3 cantons sur 26, Genève, Lucerne et Vaud, décomptent séparément les voix des Suisses de l'étranger.

Lors des dernières élections fédérales, l'UDC (droite nationaliste) a obtenu entre 15 et 19% des voix, moins que la moyenne nationale, mais en progression depuis 2003 (10-14%). Les démocrates-chrétiens et les radicaux (droite) affichent des pertes.

A Genève et Vaud, le Parti socialiste reste le préféré des expatriés.

A Lucerne, les Verts ont enregistré 16% des voix (9,4% pour l'ensemble du canton).

Fin de l'infobox

La Suisse et le monde

Jacques-Simon Eggly était Invité jeudi soir à Genève par le Musée des Suisses dans le monde. L'ancien parlementaire libéral a tenu une conférence sur les relations de la Suisse avec le reste du monde à travers l'histoire.

Selon le président de l'Organisation des Suisses de l'étranger, cette histoire montre que dès son origine, la Suisse est fortement influencée par les pays voisins, tout en se constituant en contre-point du reste de l'Europe.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.