Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'Irak pourrait rouvrir son ambassade à Berne

Suisse Irak

(swissinfo.ch)

Le gouvernement suisse a décidé mercredi d´ouvrir un bureau de liaison à Bagdad dans les locaux de son ambassade fermée depuis 1991. Du coup, l´Irak envisage très sérieusement la réouverture de sa propre ambassade à Berne.

La mission du bureau de liaison helvétique consiste à assurer le suivi des opérations humanitaires et la défense des intérêts économiques suisses. Pour se concrétiser, la décision du Conseil fédéral doit encore obtenir le feu vert officiel de Bagdad. Mais une réponse favorable du régime irakien ne fait pas de doute.

Le chef de la mission irakienne auprès de l'ONU à Genève, Mohamed Al-Douri, a ainsi déclaré à swissinfo que Bagdad n'attendait que ce geste pour rouvrir sa propre ambassade à Berne, fermée également en 1991.

Selon l'ambassadeur irakien, les relations entre les deux pays sont restées bonnes durant ces années. «Mais la Suisse ne profite pas assez des possibilités offertes par le programme Pétrole contre nourriture», estime Mohamed Al-Douri.

Selon Rudolf Kummer, du Secrétariat d'Etat à l'économie, les exportations suisses en Irak ont tout de même connu un sérieux coup d'accélérateur. Pour les neuf premiers mois de cette année, elles ont atteint 78 millions de francs, alors qu'elles ne se montaient qu'à 28 millions de francs durant la même période de l'année passée.

Les produits alimentaires et les produits pharmaceutiques se taillent la part du lion, suivis par les produits chimiques et les machines. L'un des deux fonctionnaires suisses qui seront prochainement envoyés à Bagdad devrait donc renforcer cette dynamique économique.

«Il est essentiel d'être sur place pour pouvoir répondre aux appels d'offres lancés par le gouvernement irakien», précise Rudolf Kummer. Les PME devraient être les principales bénéficiaires de cette présence diplomatique, les grandes entreprises suisses ayant le plus souvent leur propre réseau de contact.

Rudolf Kummer rappelle également qu'une délégation économique suisse s'était rendue en Irak en 1999 et que la plupart de ses participants n'avaient pas réussi à matérialiser les perspectives de contrat apparues lors de ce voyage. Ces entreprises ont dès lors renoncé à participer à une foire commerciale organisée en 2000 à Bagdad.

Reste que les perspectives économiques offertes par l'Irak sont particulièrement bonnes. Le régime de sanctions imposé par l'ONU est en effet de plus en plus défié par Bagdad. Il est également contesté par un nombre croissant de pays et de grandes entreprises.

Mais, si les caisses de l'Etat irakien sont de mieux en mieux garnies, les conditions de vie de sa population, elles, restent précaires. L'aide humanitaire n'est donc pas prête de s'arrêter.

Le deuxième représentant suisse envoyé à Bagdad sera ainsi chargé du suivi des opérations humanitaires lancées par la Suisse. En 2000, elles devraient représenter 4 millions de francs.

Frédéric Burnand

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×