Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Zeid Raad al-Hussein a dénoncé des "campagnes de calomnie et de haine" contre trois rapporteurs spéciaux des Nations unies.

KEYSTONE/MAGALI GIRARDIN

(sda-ats)

Les menaces contre les experts indépendants de l'ONU sont "inacceptables". Après trois cas récents, le Haut Commissaire aux droits de l'homme a appelé mardi à Genève le Conseil des droits de l'homme à agir pour empêcher de telles attitudes.

Les rapporteurs spéciaux sur la Birmanie, les exécutions sommaires et l'Iran ont été récemment victimes de "campagnes de calomnie et de haine", a expliqué Zeid Raad al-Hussein au début de trois semaines de travaux du Conseil. Dans certains cas, ces tentatives ont même basculé dans l'incitation à la violence.

Comme en septembre dernier, il a insisté sur le manque d'accès des experts indépendants. Alors que l'ambassadrice américaine à l'ONU à New York Nikki Haley doit s'exprimer à la mi-journée, il a contesté l'argument selon lequel le Conseil ne devrait pas s'attaquer aux violations dans des pays en particulier.

Les Etats-Unis ont menacé de quitter l'enceinte si le point permanent sur les territoires palestiniens à l'ordre du jour de chaque session, qui vise Israël, n'est pas retiré. Comme le secrétaire général de l'ONU lundi soir, M. Zeid a appelé à mettre un terme à l'occupation israélienne 50 ans après son début.

Melzer veut aller à Guantanamo

Parmi les Etats les plus ciblés, l'Indonésie n'a reçu que deux experts indépendants alors que 21 demandes sont pendantes depuis 2008. Plusieurs autres pays dont l'Egypte, le Népal, le Venezuela, les Philippines, le Bahreïn, le Laos, la Tanzanie, le Turkménistan ou encore le Nigeria sont également visés.

A l'inverse, l'Australie, le Brésil, le Chili, la Géorgie, le Mexique, la Tunisie et les Etats-Unis font figure d'exemples. Pour autant, M. Zeid a appelé Washington à autoriser le rapporteur spécial contre la torture, le Zurichois Nils Melzer, à pouvoir se rendre à Guantanamo.

Parmi les situations mentionnées, des cadavres se trouvaient toujours lundi dans les rues de Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak, après que 163 personnes ont été tuées par le groupe Etat islamique (EI) alors qu'elles tentaient de fuir.

M. Zeid a aussi annoncé l'envoi la semaine prochaine d'une équipe en République démocratique du Congo (RDC). Si le gouvernement ne prend pas d'engagement d'ici jeudi sur des investigations sur les violences dans la province du Kasai, le Haut Commissaire demandera à nouveau un mécanisme international sur cette question.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS