Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'UE lève ses sanctions contre la Yougoslavie, la Suisse suivra

La révolution de Belgrade a rapproché les Serbes de l'Europe. La Suisse lèvera a son tour les sanctions... mais plus tard.

(Keystone)

L´Union européenne (UE) a annoncé lundi la levée des sanctions contre la Yougoslavie. La Suisse devrait prendre la même décision dans quelques jours. Mais, dans un premier temps, les conséquences sur notre économie seront minimes.

Les Quinze ont décidé de lever leurs principales sanctions contre la République fédérale de Yougoslavie (RFY - Serbie et Monténégro), à l'exception de celles frappant l'ex-président Slobodan Milosevic et ses proches. Les modalités pratiques doivent encore être finalisées.

Les sanctions de l'Union européenne contre la RFY consistaient en un embargo aérien et pétrolier, le gel des avoirs de l'Etat et des entreprises yougoslaves liées à l'ancien régime de Belgrade, l'interdiction des investissements européens en Serbie et une interdiction de visas pour Milosevic, sa famille et ses proches.

En Suisse, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) travaille actuellement à une redéfinition des relations avec la Yougoslavie. La levée des sanctions en fait partie.

La Suisse devrait suivre la même voie que l'Europe. Mais, le conditionnel reste officiellement de mise: la décision finale appartient au Conseil fédéral, et son contenu n'est pas encore connu.

Nos sept Sages sont en effet les seuls à pouvoir formellement lever les sanctions qu'ils avaient eux-mêmes mises en place. Selon le DFAE, cette décision pourrait tomber la semaine prochaine.

Quelles pourraient être les conséquences d'une levée pour la Suisse? «Le commerce se fera plus librement et les entreprises helvétiques auront plus de possibilités d'échange, ce qui est positif, estime Jacques Derron, chef du secteur «Europe» au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Mais il ne faut pas se faire trop d'illusions pour le court terme».

Actuellement, les exportations suisses vers la Yougoslavie représentent un chiffre d'affaires annuel d'environ 100 millions de francs. Le commerce avec des entreprises privées était en effet possible. Suite à la levée des sanctions, ce chiffre ne devrait pas connaître un bond important dans un premier temps.

Le PIB yougoslave par habitant - 1250 dollars par année - est en effet très faible. Il en va logiquement de même pour le pouvoir d'achat de la population.

Avant d'envisager un commerce florissant avec la Yougoslavie, ce pays doit donc se reconstruire. Et ce nouveau départ dépendra notamment des fonds fournis par la communauté internationale.

Caroline Zuercher

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×